La vie d'une geisha

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1575 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
La vie d'une geisha
                         
1. LA VIE DANS ” L'OKIYA “ :
L'âge ” légal ” pour prétendre au métier de Geisha est trois ans et 3 jours.
C'est à cet âge qu'une petite fille pourra se voir confiée à une ” Okiya “.
Les Geishas vivent à plusieurs dans une maison que l'on appelle ” Okiya “. Dans cette maison cohabitent les responsables de l'Okiya, les apprenties-geishas (ou ”maikos “) et les geishas (ou ” geikos “). L'héroïne loge dans l'Okiya Nitta de Gion.
Toute geisha appartenant à une Okiya est recensée au Bureau d'Enregistrement de Gion.
Dans l'Okiya , il existe une hiérarchie et certaines règles à respecter pour la vie en communauté. Citons par exemple une règle tacite selon laquelle les dernières Geishas arrivées rangent leurs chaussures tout en haut descasiers comme sur une échelle.
Les Geishas sont encore plus superstitieuses que les pêcheurs. Une Geisha ne sortira pas le soir de l'Okiya sans que l'on ait fait jaillir des étincelles dans son dos pour lui porter chance. Ce rituel consiste à se placer derrière la Geisha en frottant une espèce de silex et une pierre rectangulaire, comme celles qu'utilisent les pêcheurs pour aiguiser leur couteaux.
2.LA ” PANOPLIE ” DE LA GEISHA :
a) Le kimono :
Le kimono constitue l'élément essentiel de la garde robe. Les kimonos enveloppés dans des papiers de soie sont rangés dans un petit local. Dans ce local se trouvent des étagères sur lesquelles des boîtes en laque rouge sont empilées le long du mur jusqu'au plafond, formant 2 remparts entre lesquels on peut à peine passer. A chaque extrémité du local,il y a des bouches d'aération avec des lattes très fines. Sur chaque boîte des idéogrammes indiquent à qui appartient le kimono. Les Geishas redoutent les incendies en raison de la valeur de certains kimonos. Ainsi, les kimonos les plus précieux sont stockés dans un coffre, à la banque.
Tous les kimonos sont de la même longueur, quelle que soit la femme qui les porte. Aussi doit-on replier letissu sous l'obi - excepté pour les très grandes femmes -.
Il est rare qu'une geisha prête les kimonos de sa collection personnelle.
Citons au passage le célèbre créateur de kimonos de l'époque : Arashino. Le plus cher des kimonos coûtait largement plus que le revenu annuel d'un paysan.
Sous le kimono, la geisha porte une combinaison :
- ” Ro ” (en gaze de soie légère, pour l'été),
- ou ”Hitoe ” (non doublée pour l'automne).
Quand une geisha danse sur scène ou marche dans la rue, il lui arrive de soulever légèrement le bas de son kimono de la main gauche afin de se mouvoir plus facilement. Sa combinaison apparaît, dans la partie comprise entre sa cheville et le dessous de ses genoux. Ainsi, le motif et le tissu de la combinaison doivent-ils rappeler ceux du kimono. Le col de lacombinaison dépasse, comme le col de chemise d'un homme qui porte un costume. Chaque jour, un col de soie est cousu sur la combinaison, le lendemain ce col est décousu puis lavé.
b) Le ” Obi ” :

Le ” obi “, ceinture le kimono. C'est le noeud qui s'attache dans le dos. Un obi peut mesurer trois mètres cinquante de long, sur cinquante centimètres de large. Enroulé autour de la taille, il va dusternum au nombril. Divers rembourrages sont indispensables pour donner au nœud la forme adéquate.
La différence entre une Geisha et une prostituée réside dans le port du ” Obi “. Le obi chez une prostituée s'attache devant. Une femme qui doit ôter puis remettre son obi toute la soirée, ne peut prendre le temps de le rattacher chaque fois dans son dos.
Les jeunes filles geishas s'habillent de façonplus sophistiqué que les femmes geishas : des couleurs plus vives, des tissus plus voyants, un obi plus long. Une femme mûre portera son obi noué dans le dos ” en nœud de tambour ” (en forme de boîte), que l'on réalise avec une petite longueur de tissu. Une fille de moins de vingt ans, portera un obi spectaculaire et une apprentie geisha un obi en forme de traîne ou ” darari boi “, noué au niveau...
tracking img