Lamartine

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (347 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 10 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Question 1 : Quelle est le thème de chaque paragraphe ? Comment la femme inconnue apparaît-elle successivement ?

Ce poème est écrit sous forme de sonnet, traditionnellement composé de deuxquatrains et deux tercets. La division des deux grands thèmes correspond à l’opposition des quatrains et des tercets. En effet, les deux quatrains mettent en place la relation amoureuse dans le rêve, avecl'image d'une femme idéale alors que dans les deux tercets est dressé le portrait de la femme idéale.
Plus précisément, dans la première strophe est mis en place « le rêve » de cette femme, un idéald’amour total et réciproque. Cette idée est renforcé par le parallélisme des pronoms « que j’aime » au vers deux et « qui m’aime » au vers deux aussi. C’est un amour symétrique renforcé par laconjonction « et ». De plus, l’allitération en [m] est très agréable « femme, aime, aime, même » et entretiens une fusion du poète et de la femme aimée. Dans la deuxième strophe, la femme est placée au premierplan du poème. Elle est le centre du rêve soit du poète. On le voit par la répétition de « elle seule » au vers cinq et six.
Dans la troisième strophe, Pour les cheveux, qui traditionnellement sontsynonyme de sensualité féminine, Verlaine au vers 9, à recours une interrogation, comme un dialogue avec lui-même. La réponse, brève et brutale, « Je l’ignore » marque le peu d’importance de ladimension physique dans cet amour.
Puis vient le nom, qui constitue l’identité même d’une personne. Ici, il est exprimé au moyen d’une comparaison, rendue douloureuse par un hiatus entre « Vi(e) exila »,l’amour pour ressenti par le poète pour un être aimé auparavant.
Dans la dernière strophe est explicité le regard et la voix de la femme. En effet son regard est comparé au regard des « statues » etnous avons l’impression que sa voix s’efface de plus en plus par la succession d’adjectif « Lointaine, Calme, Grave » puis la dernière strophe « L’inflexion des voix chères qui se sont tues...
tracking img