Le beau ne fleurit que sur l'utile

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1298 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Le beau ne fleurit que sur l’utile

Depuis l’antiquite, des philosophes ont cherche a determiner le beau ( avant tout dans le domaine de beaux-arts). Pour les savants grecs etait beau qui incarnait un type ideal. La modernite aborde ce probleme a travers la dimension de l’experience subjective. De l’autre cote , l’utile etait considere comme un moyen pour parvenir a une fin, concernant uncertain interet, associe a l’idee de desir. Volontiers, on oppose ces deux concepts l’un a l’autre. La citation d’Alain constitue /... donc une sorte de provocation/jeu. Il met en cause/envisage le probleme/ la question de reunir ces deux termes. On s’interesse a la possibilite d’une entente ou a l’eventualite de l’harmonie entre le beau et l’utile qui, en realite, visent la meme fin.

1.Premierement, l’art trouve sa fin en lui-meme. Il n’y a aucune intention particuliere dans le domaine de beaux-arts . L’utilite de la poesie, la peinture ou d’un autre ‘branche’ artistique est tres discutable. L’art trouve sa fin en lui-meme et non pas en vue de quelque chose d’exterieur a lui-meme. Il vise sa propre beaute , sans aucun interet .exemple : Cette definition s’exprime dans la theorie de l’art pour l’art. Pour les parnassiens, celui ci est utile parce qu’il est art ; rien n’importe si ce n’est l’art. C’est pourquoi les poètes parnassiens se sont toujours trouvés du côté de l’absolue gratuité de l’œuvre. C’est donc ainsi qu’ils refusent de s’engager dans des causes sociales ou dans des causespolitiques qu’ils pourraient laisser transparaître dans leurs écrits. De plus, le parnassien voue un véritable culte de l’art fondé sur l’érudition et la maîtrise des différentes techniques qui ne pourrait être accessible qu’à une élite culturelle et universitaire capable de la recevoir.

2.De la definition commune le beau et l’utile s’excluent. Ainsi, le beau est definit comme un plaisirdesinteresse, il doit plaire independamment de tout interet. En ce sens , il n’a pas une fonction utilitaire. La finalite du beau est d’etre ontemple, il s’offre au regard et sa suprematie/transcendence/preexcelence vient justement de son inutilite. Exemple : dans la Kant fait la distinction entre l’art liberal ( qui est la finpour lui-meme) et l’art mercantile ( ayant une fin utilitaire). Il explique/.. cette difference delicate en insistant sur la gratuite de l’art. Kant s’intéresse aux conditions de possibilités du jugement et met de côté la détermination matérielle du Beau. Contrairement au Beau le sublime n’est pas lié à un objet ou à sa forme.
3. Selon Theophile Gautier >. Dans la preface de il expliquelimpidement/impeccablement son point de vue selon lequel l’existence du beau ne permet pas la coexistence d’utilite au sein d’un meme element. « Il n’y a de vraiment beau que ce qui ne peut servir à rien ; tout ce qui est utile est laid, car c’est l’expression de quelque besoin, et ceux de l’homme sont ignobles et dégoûtants, comme sa pauvre et infirme nature>>. Ce qui fait la valeur du beau c’estdonc son inutilite , sa gratuite.
Neanmoins, Il faut se demander de savoir s’il existe des choses qui sont uiles et belles a la fois ?? Cette exclusion naturelle est-elle necessaire ??
1.tout d’abord , il faut considerer la fonction esthetique d’un objet comme une forme d’entente entre le beau et l’utile. Apres tout, il y a des produits qui sont a la fois des oeuvres d’art et des objets utils.Parfois/ainsi l’art et subordonne a une fin,cree en vue de qqch. Un objet peut servir des fins religieuses, des buts publiques ou politiques. De cette perspective, le beau n’est donc pas gratuit et desinteresse. Exemple : L’artisanat...
tracking img