le bon et le mauvais stress

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (360 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 octobre 2014
Lire le document complet
Aperçu du document
Le stress


Un slogan bien connu pour lutter contre les ravages de l’alcool : un verre ça va, trois verres bonjour les dégâts, pourrais être transposé au stress : phrase d’accroche ou defin !!!!!!

Les effets du stress dépendent du moment ou il se manifeste et de sa durée :
BON : Quand le stress se produit en même temps que l’évènement à mémoriser, il en augmente l’ancrage dans lamémoire,

Mauvais : mais quand il advient longtemps après la mémorisation, il perturbe le rappel des souvenirs.

BON : un stress de courte durée stimule la mémorisation

Mauvais : un stress qui seprolonge est toujours délétère.

Mauvais : une étude a montré que le stress perturbe plutôt le rappel de souvenirs chargés émotionnellement plutôt que le rappel de souvenirs neutres. Par exemple :passer un examen représente toujours un stress important. Dans de telles circonstances, beaucoup de candidats oublient en partie ce qu’ils avaient appris et croyaient connaitre parfaitement.
Bon :le stress entraine la libération d’hormones et de neurotransmetteurs qui favorisent l’attention et permettent la formation de nouveaux souvenirs en renforçant certaines connexions entre neurones .MAIS tout comme une fusée largue son 2ème étage quand elle a atteint une certaine altitude :
Mauvais : le cortisol déclenche un 2ème processus au bout d’environ 1 heure : au lieu de continuer àfavoriser l’attention, il se met à renforcer la consolidation des souvenirs. L’hormone supprime le traitement de toute information qui n’est pas associé à l’évènement stressant. P 46
Ces 2 étapesexpliquent pourquoi le stress peut avoir deux effets opposés sur la mémoire ! initialement, le stress augmente la perception et l’apprentissage mais par la suite il inhibe le traitement des nouvellesinformations.
Mauvais : Des études suggères que le stress simplifie notre comportement d’apprentissage en réduisant notre flexibilité mentale, ce qui nous empêche d’appliquer nos connaissances à des...