Le chat, la belette et le petit lapin

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1867 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 15 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Cours de français 1ère S
Exemple de commentaire littéraire de la fable de Jean de la Fontaine :
le Chat la Belette et le petit Lapin

Rappels de méthode :
-le commentaire doit être « composé » : il faut trouver des « axes », des centres d’intérêt qui permettent de construire une explication utile et de mettre en valeur la singularité et la qualité du texte.
Ici on peut proposer un planen deux parties : sur l’art d’écrire de la Fontaine, puis sur les significations de sa fable ; on pouvait aussi adopter d’autres organisations comme ce plan thématique : 1- la symbolique animale 2- la progression du récit et des dialogues 3- histoire et actualité des thèmes

-l’introduction comporte trois parties : 1-présentation du texte (on peut engager le propos par des considérations surle genre littéraire, l’auteur, le mouvement culturel, le thème…), de son auteur, du contexte, et éventuellement la place de l’extrait dans un ensemble. 2-présentation de l’orientation de lecture choisie, ou d’une « problématique » 3- annonce du plan adopté pour traiter ce projet de lecture.
Ici ces trois éléments sont différenciés par les couleurs : noir / bleu / rouge

-le paragraphe decommentaire doit absolument éviter la « paraphrase », c'est-à-dire les redites et la simple description du texte. Pour cela, vérifier la logique de la construction de ces paragraphes : observation / citation / conclusion. Ici les trois éléments sont différenciés par les couleurs : noir / bleu / rouge

-les différentes parties et les paragraphes apparaissent clairement dans la mise en page :alinéa pour chaque paragraphe, et une ligne entre l’introduction et la suite, entre les grandes parties, et avant la conclusion.
-il est souhaitable de ménager des formules de transition
-la conclusion répond au projet de lecture annoncé dans l’introduction. Il est habile de finir sur une « ouverture » vers d’autres perspectives (rapprochement avec d’autres textes, réflexion sur la portée del’œuvre de l’auteur, sa postérité…)

Soigner l’écriture (la graphie), la mise en page (passer une ligne sur des feuilles à petits carreaux), souligner les titres des œuvres (entre guillemets : les titres des extraits, ceux des fables en particulier), pas de chiffres (hormis les dates ; attention également aux chiffres romains pour les siècles), pas de citation tronquée (tous les mots cités doiventconstituer une phrase correcte)
Préserver un temps de relecture pour traquer les fautes d’orthographe évidentes

La fable est un genre littéraire qui remonte à l’Antiquité gréco-latine. Destinée à instruire en divertissant, elle fut reprise tout au long de l’histoire jusqu’à ce que Jean de la Fontaine, un homme de cour du « Grand Siècle » français, en fasse sa spécialité : il mêle soninspiration à celle de ses prédécesseurs et publie de 1670 à 1693 douze livres de fables dont le premier recueil est dédié au Dauphin de France. La fable intitulée le Chat la Belette et le petit Lapin, la seizième du livre VII, se rapproche d’un conte peuplé d’animaux familiers ; c’est plus précisément un apologue qui a pour fonction de transmettre un enseignement par le biais d’une histoire, ici surla question de la légitimité, par la « loi » ou par la « coutume », de la propriété. Et nous retrouvons dans cette scène tout l’art du fabuliste, qui repose sur la vivacité d’un récit bien mené, satirique, jusqu’à une morale explicite et efficace, rappelant à l’ordre les « petits souverains » belliqueux.

Le fabuliste mène son récit selon le schéma narratif traditionnel du conte, afin deproposer au lecteur la progression rassurante d’une histoire où les personnages sont peu à peu présentés, et où les péripéties s’enchaînent de manière vivante vers une solution attendue. Certes une situation initiale harmonieuse n’est guère évoquée dans les premiers vers, puisque l’élément perturbateur est rapidement imposé par le verbe « s’empara » rejeté au début du troisième vers. Mais...
tracking img