Le consommateur et la demande micro économie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2903 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
1. Le consommateur et la demande
1.1 Le Consommateur 1.2 Le cadre psychologique
La rareté oblige à faire des choix. Le consommateur est supposé devoir choisir le meilleur panier (ou assortiment, ou complexe) de biens et de services. Pour simplifier, un panier X est supposé n’être composé que de deux biens 1 et 2 en quantité x1 et x2. En effet, considérer 3 biens empêcherait déjà d’effectuerdes représentations graphiques. La théorie suppose que l’individu est capable de classer les différents assortiments de bien 1 et 2 en fonction de ses goûts et de son information sur les caractéristiques des biens. C’est exprimer ses préférences. Le goût est fonction de l’éducation, du lieu, de l’époque et des circonstances. Il dépend donc des expériences vécues et des émotions associées. Ainsi, unbien peut être considéré comme deux biens distincts selon les circonstances (parapluie quand il pleut et quand il fait soleil). L’information n’étant pas innée, elle structure par rapport à un certain ordre que l’esprit critique devrait permettre d’élucider. A ce stade, le consommateur ne s’intéresse pas aux prix.

1.2.1 la rationalité
Choisir, c’est hiérarchiser, c’est établir une relationde préférence. Le consommateur est supposé être rationnel ce qui signifie que le classement hiérarchique entre les biens et services est logiquement cohérent. Pour ce faire, un certains nombres de conditions, appelées axiomes de rationalité, doivent être remplies. Ce sont les propriétés de la relation de préférence. • Axiome de comparaison ou de complétude Le consommateur est capable de dire s’ilpréfère strictement le panier X à Y (X f Y) ou bien Y à X ( Y f X) ou s’il est indifférent entre X et Y (X ~ Y) et ce pour tout assortiment. Le consommateur est donc jugé capable de faire un choix (maturité). Il faut éviter la mésaventure de l’âne de BURIDAN.

• Axiome de réflexivité La relation est réflexive si X ≥ X. Tout assortiment est au moins aussi désirable que luimême. • Axiome detransitivité des préférences Le consommateur doit être cohérent dans ses choix. Si X f Y et si Y f Z alors X f Z Si X ~ Y et si Y ~ Z alors X~ Z Cette propriété peut ne pas être vérifiée chez de jeunes enfants. • Axiome de non saturation Si un assortiment comprend plus des deux biens que l’autre, il lui est préféré. De même, si un assortiment comprend plus d’un bien et autant de l’autre. L’individupréfère plus que moins. Tous les biens sont désirables. C’est la monotonicité des préférences. • Axiome de substituabilité Un individu peut compenser la privation d’une certaine quantité d’un bien en augmentant la quantité d’un autre. C’est l’exemple des boulimiques. • Axiome de préférence pour la diversité Un individu préfère des assortiments intermédiaires à des paniers extrêmes. Z (5 , 10) f X(10 , 0) ou Y (0 , 15) Cela correspond à la convexité des préférences. L’hypothèse de rationalité du consommateur est souvent critiquée. Tout ne s’explique pas par rapport à une situation visible objective et le consommateur ne semble pas toujours disposer de son libre-arbitre. Selon John Kenneth GALBRAITH, notamment, l’offre persuade la demande. Cependant, que l’approche soit béhavioriste oupiagétienne, que le choix vienne de l’environnement ou de l’intérieur, le problème est le même au niveau de l’individu qui se trouve au centre d’un champs de tension. Il est cependant vrai que chaque individu ne décide qu’avec des informations imparfaites (la rareté sévit aussi à ce niveau-là) ce qui implique une rationalité limitée (cf. H. A. SIMON). La diversification des biens engendre des coûtsde recherche d’informations croissants pour le consommateur. Le consommateur est aussi influencé par son environnement : snobisme, imitation (bandwagon effect), effet VEBLEN.

Mais, la science nécessite un certain réductionnisme.

1.2.2 L’utilité
L’utilité représente la satisfaction apportée par la totalité des biens et services consommés. L’utilité est donc un critère d’évaluation de la...
tracking img