Le horla

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2645 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 12 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
2.d. Folie et littérature; analyse du "Horla".
    En général, la folie et la littérature sont souvent liées. Depuis toujours, la folie est présente dans la littérature. En 1888, Verlaine publie les poètes maudits.  Il fait naître l’image du poète maudit, qui, après des pulsions autodestructrices, sombre dans la démence puis finit par mourir sans avoir été reconnu à sa juste valeur. Les poètesmaudits pourraient, par exemple, être Baudelaire, Poe et Gérard de Nerval.
Ce dernier, auteur du XIXe siècle, après de nombreuses souffrances, et crises de folie qui lui ont valu l’internement, est retrouvé pendu, tel le « poète maudit ». Le roman gothique, véritable source du fantastique est apparu au XVIIIe siècle, puis s’est transformé avec le roman frénétique et a évolué dans le temps. Nousavons donc décidé d’analyser un exemple qui démontre la place importante qu’a la folie dans la littérature, surtout dans le genre fantastique. Le Horla est une nouvelle de Guy de Maupassant écrite en 1887, c’est un récit fantastique sous forme de journal intime. Le texte commence le 8 mai et se termine le 1o septembre, l’année n’est pas précisée. En cinq mois, le personnage subit de multiplespéripéties et ne termine pas son journal. Les derniers écrits, le 1o septembre, laisse supposer que celui-ci se sucide. Maupassant, ayant terminé sa vie dans une clinique et un état végétatif, l’on peut donc se demander si l’état mental de l’auteur est lié à la folie du personnage ou à l’écriture de cette nouvelle. Comment l’auteur, Maupassant, représente-il la folie dans Le Horla ? Nous parlerons toutd’abord du fantastique, un genre littéraire, puis du personnage principal. Pour finir, nous analyserons différents passages du journal intime pour comprendre comment l’auteur traite-il la folie.

 
 
            Le Fantastique est un genre littéraire qui se développe au XIXe siècle. Selon Roger Caillois, un écrivain français qui écrit De La Féerie A La Science-fiction, « le fantastique manifesteun scandale, une déchirure, une irruption insolite, presque insupportable dans le monde réel. » Ainsi, un texte fantastique se reconnaît par un début réel, où tout est logique et réel. Ensuite, un élément mystérieux fait son apparition, l’histoire plonge dans un climat irréel, le personnage puis le lecteur doute. Deux interprétations sont possibles : premièrement, le personnage est fou, rien detout ce qui s’est passé n’existe, le personnage a imaginé tout cela. Ceci est donc l’interprétation rationnelle faîte par le lecteur. Deuxièmement ; le personnage n’est pas fou, les éléments surnaturels se sont vraiment passés, et existent. Malgré l’interprétation que choisit le lecteur, ce dernier doute toujours. Et s’il s’était trompé d’interprétation ? S’il avait mal compris l’histoire ? Tout celaest donc ambigu, incertain, l’hésitation s’installe. DansLe Horla, le personnage est tout d’abord très rationnel, ne montre aucun signe de folie. Puis, le 12 mai, la maladie commence peu à peu à s’installer en lui avec la naissance de la peur, et le 5 juillet, un élément surnaturel se produit : quelqu’un a bu l’eau de la carafe posé sur la table de nuit du personnage. Après cet événement, lepersonnage est en constante oscillation entre folie et rationalité, le doute est toujours présent.
            Pour compléter le doute, d’autres aspects du fantastique sont aussi présents. Tout d’abord ; on peut désigner la peur. La lecture d’un texte fantastique provoque souvent la peur. Le psychanalyste Freud décrit cela dans L’inquiétante Etrangeté, qui analyse l’angoisse due à la perte du côtérationnel et donc rassurant, de la vie quotidienne. Ainsi, le fantastique serait un révélateur de ce que l’humain ne veut pas voir : la nuit, la mort, le sang… Dans Le Horla, nous découvrons un personnage qui, terrorisé, choisira peut-être de mourir pour ne plus être le jouet de la peur. Le mal s’ajoute ensuite à ces deux aspects. Un personnage mal-en-point, souffrant et subissant un mal-être...
tracking img