Le nouvel accord start

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 6 (1406 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 9 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Le nouvel accord START

Introduction

Le 8 avril 2010 le nouvel accord START (« New START ») était signé à Prague par les présidents Obama et Medvedev. Il a été plutôt bien accueilli dans la presse et dans l’opinion internationale en générale, suite à la déception qui était le conférence de revue du TNP de 2005 et une cynisme croissant autour de l’efficacité des mesures de non proliférationen vue des agissements des gouvernements iranien et nord coréen. Le nouveau traité limite les vecteurs (missiles et bombardiers) à 800 pour chaque Etat, dont 700 déployés, comportant en total 1550 têtes déployées. Ceci est à comparer avec le traité START I qui limitait les vecteurs à 1600 chacun et les têtes déployées à 6000, et l’accord SORT selon lequel le plafond pour les têtes déployées est de2200, mais qui ne comporte pas des procédures de vérification et dont la date limite pour les réductions est la date que le traité perd sa force obligatoire (31 décembre 2012). Il n’y a aucun limite sur les têtes non déployées.
Le point de vue majoritaire était qu’un nouveau traité était nécessaire suite à l’échéance de START I le 5 décembre 2009, mais certains ont soutenu qu’il a égalementréintroduit un aspect de paranoïa style guerre froide dans la relation Russie-Etats-Unis.

I. Analyse stratégique des provisions

A. Une véritable réduction ou un simple remaniement ?

Sur papier la réduction est évidente, mais il est nécessaire en même temps de prendre en compte les changements en ce qui concerne la manière de compter les têtes déployées. Contrairement auSTART I, sous le nouveau régime chaque bombardier ne comptera que comme une seule tête. Sous ce règle, les 2100[1] têtes américaines recensées sous le régime du START I se transformeraient en 1650, et les 2600 têtes russes en 1740. Autrement dit, en réalité les Etats-Unis vont devoir réduire leurs têtes déployées de 100 au lieu de 550 et la Russie de 190 au lieu de 1050.
Ce changement doitêtre analysé en vue du fait qu’en deçà de 1000 têtes déployées il devient extrêmement difficile de maintenir efficacement tous les trois piliers de la triade dissuasive (silos, bombardiers, sous-marins). Les « places allouées » ainsi libérées peuvent être distribuées entre les piliers terrestre et maritime. C’est-à-dire que la nouvelle règle opère une réduction fictive au niveau des forces dedissuasion pour ne pas forcer les parties à réduire les moyens accordés à un des piliers en dessous du seuil de praticabilité (en l’échéance il serait probablement la dissuasion aérienne qui sera abandonnée dans un tel cas).
Malgré les provisions qui existaient en START I donnant une charge minimum pour les vecteurs à fin de prévenir la pratique de « uploading » (réactiver des têtes non déployéespour monter sur des vecteurs qui normalement ne portent pas leur complément maximum de têtes) en cas de crise (qui favorise une politique de première frappe de la part des autres Etats), les négociateurs russes ont réussi néanmoins à réduire le plafond des vecteurs. Ceci réduit la possibilité de faire de l’uploading, et permet aussi à la Russie de faire des économies en termes de missiles.B. La question des vérifications

Sous le régime de START I les parties avaient droit à 15 « data update inspections » dont un « suspect site inspection » si nécessaire, 10 « re-entry vehicle inspections » et trois « formerly declared facility inspections » ainsi que des « post-dispersal inspections », « conversion or elimination inspections », « close-out inspections » et des « technicalcharacteristics inspections ». Il y avait également droit à un monitorat continue sur des sites de production et un droit d’accès aux données en provenance des télémesures. Le New Start prévoit 10 inspections des têtes déployées et huit des installations de stockage et de démantèlement. Les données des télémesures seront fournies à l’autre parti lors de pas plus de cinq essaies par an.
Ces...
tracking img