Le roi se meurt

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1757 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Ionesco est un des représentants du théâtre de l’absurde.
Le terme de théâtre de l’absurde a été utilisé pour la première fois par un critique anglais en 1961, il cherchait à qualifier les écrits de quelques dramaturges de l’époque, bien que l’écriture absurde existait déjà depuis une dizaine d’années.
Le mot absurde vient du latin « absurdus », qui signifie ce qui est dissonant, discordant,qui est contraire aux lois de la logique et de la raison.
C’est l’écart entre ce qui devrait être et ce qui est .
Ce style est un miroir de l’époque où il est né. Au lendemain de la Seconde Guerre mondiale, on remarque que les mentalités changent, ayant été ébranlées par le contexte de guerre.
Pour la première fois, les croyances religieuses sont à la baisse et l’évolution pas très gaie du mondeeffraie les gens. On commence donc à se poser des questions sur le monde dans lequel on vit.
Le théâtre de l’absurde représente bien le questionnement de l’époque. Une époque d’après-guerre où toutes les idées et les conceptions déjà existantes sont remises en question.
Le théâtre de l’absurde s’est opposée au réalisme du théâtre.
C’est donc une forme de théâtre où l’on peut tout oser, utiliserson imaginaire sans se limiter et surtout, ne pas se soucier si ce que l’on raconte est fidèle à la réalité.
Le théâtre de l’absurde est un théâtre de liberté, où l’on s’éloigne du réalisme et l’on tente de trouver une nouvelle façon de faire du théâtre.
Cela implique, par exemple, une déconstruction du langage et une mise en scène qui est différente de celle que l’on était habitué de faire etde voir.
Les dramaturges essaient de démontrer l’absurdité et l’insécurité de la condition humaine et de son existence, inspirés par la guerre, ils dépeignent le comportement humain en temps de crise et l’incompréhension de l’époque.
Ils essaient de critiquer leur époque, et la façon dont-ils la vivent.
Jean-Paul Sartre, Samuel Beckett et Albert Camus, entres autres sont considérés comme desdramaturges du théâtre de l’absurde.

II_ Présentation de l’œuvre

A_ Présentation de la pièce ; l’intrigue

Le Roi se meurt est une pièce qui a été créée le 15 décembre 1962 au Théâtre de l’Alliance française à Paris. La mise en scène était de Jacques Mauclair, les décors et costumes de Jacques Noël, et la musique de scène de Georges Delerne.

Dimension politique. Ainsi, si le roi peutêtre ramené dans ses grands traits à n’importe quel individu, c’est par son rôle historique d’exemple pour la société. Or, cette exemplarité devrait faire de lui quelqu’un d’irréprochable. Ce n’est pas le cas ici, et c’est en homme lâche, imprévoyant, impénitent et insensible qu’il se montre tout au long de la pièce. (p 57, 67, 69, 76)
Ce faisant, il ne s’est pas montré à la hauteur de ses fonctions: il les a trahies, s’en est rendu indigne de la même façon que nous le pouvons nous-mêmes par nos propres vices, mais avec des conséquences évidemment démesurées, dues à son rôle de roi : son royaume périt.
Puisqu’il n’est plus le lien permanent entre les générations de son peuple, celui-ci se délite. Polygame frivole, il est un imposteur et un tyran, et en tant que tel est condamné àdisparaître en emportant les siens avec lui. En délaissant ses devoir pour les vains plaisirs de la vie, il s’est condamné lui-même.
Son incrédulité face à la mort, son peu de foi dans le salut viennent d’ailleurs justifier qu’il n’était pas digne de vivre depuis longtemps. De même, la façon dont il se laisse dépouiller de son pouvoir, ses réactions aussi pathétiques qu’inefficientes montrent qu’il n’étaitpas fait pour le trône. P 69, 70, 73, 106
D’ailleurs, on sait bien que ces deux choses sont liées : on commence par dépouiller le roi de sa souveraineté, puis on le tue.
Mais contrairement à louis XIV, ce roi là assume ses propres fautes, et non celles de ses prédécesseurs.

- résumé de l’œuvre

Le Roi se meurt traite de l’histoire d’un roi, Bérenger Ier, qui règne déjà depuis quelques...
tracking img