Le romantisme

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 18 (4477 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 mars 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Un Mouvement littéraire et culturel du XIXème siècle (1814-1848) :
Le romantisme

Introduction :
Courant littéraire, culturel et artistique européen dont les premières manifestations, en Allemagne et en Angleterre, datent de la fin du XVIIIe siècle. Il se manifesta par la suite en France et en Italie, mais aussi en Espagne, au Portugal et dans les pays scandinaves au cours des premièresdécennies du XIXe siècle. Même si l’adjectif "romantique" était apparu dès l’âge classique pour concurrencer l’adjectif "romanesque", il ne prit son sens moderne que progressivement, par opposition à l’adjectif "classique" (c’est ainsi que l’employèrent d’abord Goethe, Schlegel, Stendhal, etc.). En France, c’est Rousseau, dans les Rêveries d’un promeneur solitaire (1776-1778 - posthume, 1782), quifut l’un des premiers écrivains à lui donner son sens actuel en l’utilisant pour qualifier le caractère pittoresque et sauvage d’un paysage. Au début de XIX, le romantisme, mouvement littéraire et culturel de dimension européenne, ressemble des artistes qui s’opposent à la mesure du classicisme et au rationalise des Lumière par l’exaltation de la sensibilité et du moi lyrique, et qui revendiquela liberté de l’art. Stendhal écrit ainsi : «Le romanticisme est l'art de présenter aux peuples les œuvres littéraires qui, dans l'état actuel de leurs habitudes et de leurs croyances, sont susceptibles de leur donner le plus de plaisir possible. Le classicisme, au contraire, leur présente la littérature qui donnait le plus grand plaisir à leurs arrière-grands-pères.» (Racine et Shakespeare,1823).

I) Histoire : Fondation et origine du mouvement romantique.
1) Le contexte historique :
- Ce mouvement se développe dans le sillage de la Révolution de 1789 dont l'un des acquis a été la Déclaration des Droits de l'Homme et du Citoyen. Celle-ci revendique la singularité et l originalité de chaque personne qui est un fondement de l’idéologie romantique: l’individu essentiel.- Par ailleurs, la destinée de Napoléon Ier (sacré en 1804), nourrit une mythologie de réussite et de destin exceptionnel.
- Charles X, qui règne de 1824 à 1830, est un roi intransigeant et conservateur aux mesures trop sévères, ce qui aboutit à la Révolution de juillet suivie notamment par Alexandre Dumas et Stendhal. Les intellectuels voient dans cette Révolutionl'espoir d'une réforme libérale du régime, voire une évolution vers la République. Mais la Révolution avorte. C'est l'avènement de la Monarchie de juillet avec le roi Louis-Philippe. C'est une grande déception pour la classe intellectuelle. Sous ce régime règnent l'immobilisme social, le conservatisme politique, et un dynamisme économique favorisant la bourgeoisie.
- Les bourgeoisqui maîtrisent déjà la puissance économique du pays sont également les électeurs des députés. La toute puissance bourgeoise est caricaturée par les hommes de Lettres, notamment par Honoré de Balzac dans La Comédie Humaine

2) Le « Mal du siècle »

Les hommes de Lettres condamnés à l'immobilisme social en viennent souvent à ressentir un sentiment de mélancolie, une profondeangoisse, sentiment baptisé "Mal du siècle".
Après la chute de Napoléon, il n'est plus possible pour les jeunes de cette époque de s'investir dans cette légende et il semble alors que la notion d'héroïsme soit désormais abolie.
Ainsi, chez l'écrivain romantique, le malaise historique se transforme souvent en angoisse métaphysique. « Angoisse métaphysique : Ou l’apaiser avec un Dieu ou la noyer par leplaisir ou la guérir par des pilules » Jean Rostand 1967)
L'écrivain vit une situation ambiguë. Le mécénat n'existe presque plus. Sa plume doit le nourrir. Souvent, il vend sa liberté littéraire en se faisant journaliste. C'est pourtant à ce moment-là que le poète paraît incarner, relayant la religion, une nouvelle instance sacrée. L'écrivain est donc à la fois sacralisé et maudit....
tracking img