Le theatre

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 7 (1593 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Antoine Vitez.

1930-1941.
Naissance d'Antoine Vitez le 20 décembre 1930 dans le XVe arrondissement de Paris

Son père, Paul Vitez, est photographe; sa mère, Madeleine, travaille à ses côtés.

Enfance dans le XVe, rue Eugène-Millon .
Le studio de photographie de ses parents est au rez-de-chaussée, ils habitent à l'étage.

1941-1948.

Scolarité au lycée Buffon.
Ses parentsl'emmènent au théâtre. il voit plusieurs fois Ondine, mise en scène de Jouvet, à l'Athénée (1939), l'Avare, mise en scène de Dullin, à l'Atelier (1940), et Dom Juan, mise en scène de Jouvet, à l'Athénée (1947)
A partir de 1946, il suit les cours de russe du lycée Louis-le-Grand.
Il passe son baccalauréat en juin 1948 et s'inscrit simultanément à l'école des langues orientales et à l'École du Théâtredu Vieux-Colombier dirigée par Émile Dars.

1949.

Il rencontre Clément Harari, qui dirige le Théâtre indépendant, et lui propose un petit rôle dans Ils attendent Lefty, de Clifford Odets. La première représentation a lieu en décembre 1949, au Palais de Chaillot.

1950

Il échoue en juin au concours du Conservatoire national supérieur d' art dramatique.
Joue dans Les Allemands, de LéonKruczkowski, mise en scène de Clément Harari, au Théâtre Verlaine (rôle du Lieutenant).

1951.

Il s'inscrit en janvier au cours de Tania Balachova au Théâtre de l'Atelier et joue, au printemps, dans la Tragédie optimiste, de Vsevolod Vichnievski, mise en scène de Clément Harari, au Théâtre Verlaine (rôle du Prisonnier).
A l'initiative de Clément Harari, il fait partie de la délégationfrançaise présente au IIIle Festival de la jeunesse et des étudiants communistes, à Berlin, du 5 au 19 août 1952.
Il joue dans le Profanateur, de Thierry Maulnier, mise en scène de Tania Balachova, tournée du Théâtre Hébertot (rôle d'Aide, créé par Michel Bouquet).

Sa partenaire est Agnès Van Molder, dite Agnès Vanier.
Il l'épouse le 30 avri1 1952.

Longue période de chômage.

1953.

Iltraduit la pièce allemande les Otages, de Rudolf Leonhard
Il joue dans la Tragédie de la nuit, de Thomas Otway, mise en scène de Claude Régy, au Festival de Châteaudun (rôle du Prêtre).

Rencontre de Robert Voisin, directeur de la Librairie des Deux Masques, des éditions de l'Arche et de la revue Théâtre populaire, qui lui donne l'occasion de publier, dans le n° 4, son premier article. laMéthode des actions physiques de Stanislavski
A l'occasion de cette collaboration, il rencontre Bernard Dort, Jean Duvignaud, Roland Barthes, Guy Dumur Il fait partie du comité de rédaction jusqu'en 1963

En novembre, il est incorporé à la caserne Dupleix.

1955.

Libéré de ses obligations militaires en janvier.

Chômage

Il est rappelé en septembre, lorsque la France dépêche lecontingent au Maroc pour empêcher le sultan Mohammed V de reprendre le pouvoir.

Il revient en décembre

1956.

Robert Voisin lui propose d'être rédacteur en chef de la revue Bref bulletin d'information de l'Association des amis du Théâtre populaire.Il est responsable de la publication des n° 7 à 17.
Au printemps, il commence la traduction de La Jeunesse d'Abai et Abai de Moukhtar Aouezov(Gallimard, 1958, 1960)
A la rentrée, il joue Les Hommes de trop, de François Candelier, mise en scène de Marc Gentilhomme, au Théâtre de la Huchette (rôle de Jeliabov) ; il rédige le texte du programme.

En collaboration avec Geneviève Serreau, il écrit un Hommage à Brecht, mise en scène de Jean-Marie Serreau, assisté de Claude Régy, à l'Alliance française

Toujours avec Jean-Marie Serreau, ilrépète Les Coréens, de Michel Vinaver, mais le travail s'interrompt et il sera indisponible lorsque les répétitions reprendront quelques mois plus tard

En décembre, il répète Saint-Just, de Jean-Claude Brisville, mise en scène de Daniel Leveugle, au Centre dramatique de l'Est (rôle de Robespierre).

1957.
Jean Vilar lui propose de rentrer dans la troupe du T.NP Il y reste de mars à...
tracking img