Les 8 lecons de mandela

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3516 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 6 juillet 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Élaine Audet, « Aboutissement du parcours politique des Québécoises
Françoise David veut créer un parti féministe », mardi 23 mars 2004,
http://sisyphe.org/spip.php?article983
Françoise David fera bientôt le saut en politique en créant un parti féministe, de gauche,
écologiste, altermondialiste, pacifiste et anti-raciste dont un manifeste rendra l’orientation
publique en mai 2004. Les médiasont annoncé récemment cette nouvelle qui se discutait
depuis plusieurs mois au sein des milieux féministes.
Le nouveau groupe, dont font partie François Saillant, du Front d’action populaire en
réaménagement urbain (FRAPRU), et Yves Desgagnés du Front commun des assistés
sociaux, a choisi provisoirement le nom Option citoyenne afin de refléter sa volonté "de
travailler avec les gens pourdéfinir ensemble le Québec dans lequel nous voulons vivre,
tout en défendant notre valeur centrale qui est celle de la recherche du bien commun (1)".
Ses membres proviennent de la mouvance sociale, des groupes féministes,
communautaires et populaires.
Le manifeste du groupe sera lancé plus tard ce printemps et Françoise David fera la
tournée du Québec durant l’été pour en discuter avec lapopulation, recruter des membres
et les convier à une rencontre en automne. L’UFP et le Parti vert pourraient se joindre à
ce parti, dont le nom sera à déterminer, pour créer un large courant de solidarité
citoyenne. L’accent mis sur le féminisme du futur parti semble s’être déplacé en cours de
route vers la notion plus floue de citoyenneté, l’objectif de Françoise David étant, selon
Jean-YvesDesgagnés, de "ratisser très large, sortir des sentiers battus, des groupuscules
et des petits partis" (2).
À part la question nationale, dont F. David ne fait aucune mention, cette nouvelle
formation semble avoir les mêmes objectifs que l’Union des forces progressistes (UFP).
Certains, comme Pierre Mouterde de la revue À Babord, s’interrogent sur les
conséquences d’une telle décision et voientdéjà « poindre le spectre de la division et des
vaines rivalités » ou parlent de culte de la personnalité (3). D’autres y voient au contraire
un puissant facteur d’unité sous la direction d’une leader dont le charisme et l’art
d’expliquer simplement les réalités les plus complexes ont déjà fait leurs preuves.
Depuis longtemps, le mouvement des femmes au Québec souhaitait la création d’un partiféministe qui lui permettrait enfin de définir lui-même ses priorités et, dans l’éventualité
d’un changement du mode de scrutin, de faire élire des candidates qui représenteraient les
intérêts spécifiques des femmes.
Un parti féministe serait certainement plus à même de défendre adéquatement les droits
des femmes et de faire entendre leurs voix au sein de l’arène politique, où dominent
presqueexclusivement encore les priorités définies par des hommes pour des hommes.
En outre, il obtiendrait l’appui d’une partie non négligeable de la population si on en croit
un sondage SOM, paru le 8 mars 2001, qui révélait que 44% des personnes interrogées
étaient favorables à l’idée d’un parti alternatif de gauche féministe.
2
Un tel parti serait l’aboutissement logique du cheminement politiquede plusieurs
décennnies dont il est opportun de rappeler les grands moments.
Les moments forts d’un cheminement politique
Historiquement, les féministes québécoises ont toujours plus ou moins choisi de se tenir à
l’extérieur de la sphère politique pour y faire pression sur les divers gouvernements. C’est
en 1969, avec la naissance du Front de libération des femmes du Québec (FLFQ) que lesfemmes, dans la foulée du FLQ et des comités d’action politique (CAP) de l’époque,
s’affirment dans le champ politique en se réclamant à la fois du féminisme, de
l’indépendance et du socialisme. Pour ces militantes, sans l’élimination du patriarcat,
"oppression première" où prennent racine tous les rapports d’inégalité et de domination,
aucune autre forme de libération nationale ou sociale...
tracking img