Les contemplations - victor hugo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1047 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 21 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Analyse d’un poème des contemplations

L’auteur Victor Hugo est né le 26 Février 1802 à Besançon et est mort le 22 Mai 1885 à Paris. Poète, homme politique, académicien et intellectuel engagé français du XIX ème siècle, il est considéré comme l’un des plus grands écrivains romantiques de la langue française. Il a écrit plusieurs livres notamment Les misérables, Le dernier jour d’uncondamné, Les contemplations dont on va étudier un poème tiré de ce livre.

Les contemplations est un recueil de 158 poèmes rassemblés en 6 livres que Victor Hugo a publié en 1856. Ce recueil a pour thème le souvenir, l’amour, la joie, la mort, le deuil et le mystique.

J’ai choisi d’étudier le mendiant qui appartient au livre I c’est-à-dire au livre du souvenir. Ce court poème dépourvu d’emphasedans lequel ne s’exprime aucune vue philosophique de l’auteur a quelque chose d’exemplaire dans sa simplicité.
L’idée que développe ici l’auteur est belle mais banale et surtout l’image sur laquelle il se termine. Mais la vision poétique est notée avec une précision qui donne au lecteur l’impression de voir l’image sous ses yeux.

La peinture du réel

a) Une scène banaleLe lecteur assiste à une scène d’hospitalité entre 2 personnages, le poète (le narrateur) et un pauvre très banal comme nous le voyons dans le poème au vers 1 « Un pauvre ». Alors que le poète a un comportement civique vers 3 « Ma porte que j’ouvris d’une façon civile »lorsqu’il reçoit le mendiant.

La scène se passe en hiver on peut supposait au mois de Décembre, ce qui aggrave ladétresse « Le givre et le vent » au vers 1 et au vers 14 « le vieillard grelottait de froid ».

Nous pouvons voir qu’il y a dans ce poème un arrière-plan qui joue un rôle celui du décor « paysans accroupis sur leurs bâts » au vers 5, « Les ânes revenaient du marché de la ville » au vers 4 ce sont des scènes simples qui représentaient la réalité quotidienne.

b) Un personnage trèsordinaire : le mendiant
Victor Hugo emploie un vocabulaire familier pour la description du mendiant «, ‘ le vieux vit dans une niche » au vers 6. Puis le ton se modifie. La vision devient de plus en plus proche.
Le pauvre est un être plus prés de dieu que les autres hommes « Tendant les mains pour l’homme et les joignant pour Dieu »au vers 9

Tous ces détails prosaïques sechargent de poésie puisque le poète nous propose une transformation du réel.

La transformation du réel

c) Une comparaison
Ici, l’auteur compare le manteau du pauvre à un ciel « semblait un ciel noir étoilé » vers 21. Son manteau est bleu initialement , mais il s’est assombri avec le temps « bleu » vers 18. Le manteau se transforme en voûte céleste par l’intermédiaired’une comparaison.

d) L’évolution du nom du mendiant
Victor Hugo commence le poème par « Un pauvre » au vers 1, puis « le vieux » au vers 6 et revient au départ en disant pauvre mais en le désignant grâce à l’article défini le « Le pauvre » au vers 12. Il continue avec « brave homme » vers 12 et « le vieillard au vers 14
Hugo conclut par « cet homme était plein de prières » auvers 24.

e) Une métaphore
Au vers 26 nous pouvons voir une métaphore « Sa bure[1] où je voyais des constellations ». Il y a une diérèse (prononciation en 2 syllabes de ce qui se prononce en une syllabe) « constellations » sert à allonger l’immensité du manteau.
On peut voir aussi une synecdoque manteau/bure : la matière remplace la chose. De même le comparant (constellation)confère de la grandeur au manteau, le rend extraordinaire « pleins de prières » vers 24. Le mendiant devient un envoyé de dieu, soit l’intermédiaire entre dieu et Victor Hugo. La particularité du poète est de passer de la réalité à des visions particulières grâce à son regard.

Le regard du poète

f) Regard et sentiment
On ne peut pas voir quelque chose sans sympathie et...
tracking img