Les contestations des francais

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 15 (3605 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Thème : exercice de la citoyenneté, représentation et légitimité du pouvoir
Sujet : par quel moyens les citoyens peuvent-ils contester les décisions du pouvoir

La France est un pays en République depuis le 21 septembre 1792. Une République est un régime dans lequel le chef de l'Etat accède normalement au pouvoir par l'élection et pour une durée limité. Les électeurs sont les citoyens. Uncitoyen est un membre d'un État, considéré du point de vue de ses droits civils et politiques et de ses devoirs (exemple aller voter, payer ces impôts, respecter les lois ...)
Ces citoyens ont des moyens mis à leur dispositions (légal ou non) pour pouvoir contester et s'opposer aux décisions de l'Etat.
Plusieurs décisions peuvent être contestées par les citoyens comme le temps de travail et lesconditions ou encore les décisions prisent par l'Etat.
Pour les contester ces décisions nous allons parler des manifestations, des grèves, les révolutions, et du rôle des médias.

I) Les manifestations :

Les manifestations de rue sont devenues de nos jours, en France, un mode d'expression et de revendication reconnu, qu'utilisent la plupart des catégories sociales, par le biaisd'organisation syndicales, d'associations et plus rarement de partis politiques. Une manifestation est un acte politique collectif, qui se traduit notamment par un défilé de protestation, qui peut avoir différents objectifs, parmi lesquels :
• amélioration des conditions de vie, souvent à l'appel des syndicats, ou à l'occasion de grèves ;
• protestation contre une loi, un décret, une réforme ;
•protestation contre une fermeture d'usine ou contre des licenciements abusifs ;
• revendications politiques (exemples : lutte contre le racisme, le sexisme, ou lutte pour la démission d'un gouvernement) ;
• manifestation pour la paix et contre la guerre.
Néanmoins en France les associations qui souhaitent manifester doivent déposer une demande d'autorisation préalable, en indiquant notamment leparcours précis et les horaires de convocation et de dispersion de la manifestation. Les autorités peuvent interdire une manifestation si elles la jugent propre à troubler l'ordre public ou si ses mots d'ordre sont contraires à la loi.
De même toujours en France, en vertu de l'article 431-3 du Code Pénal, « tout attroupement ou rassemblement sur la voie publique ou dans un lieu public » qui pourraitporter atteinte à l'ordre public peut être dispersé par la force, après les sommations d'usage. Appeler à une manifestation non autorisée est considéré comme un délit.
Quelque exemple de manifestation en France :
- 14 mai 1990, 200 000 personnes défilent à Paris contre la profanation du cimetière juif de Carpentras. Parmi les manifestants : François Mitterrand. C'est la première fois qu'unPrésident de la République en exercice participe à un défilé.
- 19 octobre 2010, 3,5 millions de manifestants selon les syndicats (1,1 million selon la police) contre la réforme des retraites.
- Mai 1968, une des manifestations les plus importantes de l'histoire.
22 mars : effervescence dans les universités françaises :
Un groupe à tendance anarchiste se crée à l’université de Nanterre autour deDaniel Cohn-Bendit. Il s’agit du « Mouvement du 22 mars ». Les étudiants qui le composent réagissent à l’arrestation de camarades lors d’une manifestation contre la guerre du Vietnam. Ils occupent la salle du conseil de la faculté de Lettres. L’occupation dure et les incidents se multiplient si bien que le recteur décidera de fermer la faculté le 2 mai.
2 mai : fermeture de la faculté de Nanterre :Au cours d’une journée marquée par des rumeurs d’intervention de l’organisation d’extrême droite Occident contre les gauchistes du Mouvement du 22 mars, la confusion règne dans la faculté de Nanterre. A la fin de l’après-midi, le recteur décide de sa fermeture. Le désordre qui suit donne le point de départ aux événements de Mai 68.
3 mai : premières barricades de mai 68 :
La police, à la...
tracking img