Litterature

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1005 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 13 décembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Les Chaises de Ionesco.

Pourquoi remonter “ Les Chaises ” ?

Aujourd’hui tout le monde connaît Ionesco, tout le monde en a entendu parler.
Cependant les gens me disent souvent “ Les Chaises ? Je ne connais pas cette pièce ”, ou ils sourient comme si cet auteur était dépassé ou ringard.
Remonter “ Les Chaises ” n’a certes pas la même force provocatrice que dans les années 50 et lescandale que cette pièce a provoqué à cette époque n’aura plus lieu en 2006, tant la société en elle-même est devenue un absurde spectacle.
Pourtant, le vide ontologique autour duquel la pièce est bâtie correspond finalement assez bien à la situation dans laquelle nous baignons aujourd’hui, et la recherche de nouvelles formes théâtrales était déjà dans l’esprit d’avant-garde de cet exilé roumain.
Donctout le monde connaît Ionesco…comme tout le monde connaît Beckett, c’est-à-dire sous l’appellation clichée du théâtre de l’absurde.

Que veux-tu dire par appellation clichée “ Théâtre de l’absurde ” ?

Tout d’abord, nommer “ absurde ” le théâtre de Ionesco, c’est d’une certaine façon en minimiser la portée poétique, et c’est nier le fait que cette pièce “ Les Chaises ” puisse questionner lesens de la vie !
Cette appellation, inventée par le critique théâtral Martin Eslin pour faire la synthèse d’un courant d’écriture très divers allant de Genet à Adamov, a seulement servi à rassembler divers auteurs après 1945 …
mais aujourd’hui les mots n’ont plus la même valeur, et le mot absurde sonne comme une blague insignifiante alors que cette notion est au centre d’une recherche humaine etspirituelle.

Qu’est-ce qui t’a décidé à choisir cette pièce ?

Il s’agissait de trouver une pièce de théâtre qui puisse voyager dans de petites salles - au début de sa carrière Ionesco ne pouvait montrer ses pièces que sur de petits théâtres -! Il y avait donc une contrainte spatiale mais aussi artistique, car la pièce devait être accessible à un public large sans être démagogique oupopuliste.
J’ai proposé plusieurs pièces et finalement d’un commun accord nous avons choisi “ Les Chaises ” comme une introduction au théâtre contemporain. En effet, derrière une situation parfaitement quotidienne se cachent les angoisses et les thèmes d’un auteur qui n’a eu de cesse de s’interroger sur les mystères de la vie et de la création.
L’humour et les mécanismes qu’il met en place dans cettetroisième pièce montrent son intérêt pour la construction et l’architecture.
Sous titrée “ farce tragique ”, cette pièce est construite comme un ballet avec son crescendo, ses répétitions et ses rythmes internes. Elle lance un défi au metteur en scène, celui de travailler avec des personnages quasi mythologiques : un vieux et une vieille qui, à l’aube de leur mort, se sont enfermés dans unparadis dérisoire.
En réalité, cette figure récurrente du vieux couple n’est qu’un moyen pour concrétiser une image initiale issue d’un imaginaire qui plonge ses racines dans l’inconscient et dans les rêves.
Ionesco se fait dramaturge mais aussi plasticien avec cette pièce, quand il utilise le principe d’accumulation. Il affirme un talent pour les formes et la recherche. Il reste aujourd’hui unauteur qui peut surprendre car il mélange le théâtre, la chorégraphie et les arts plastiques.
De plus, le temps de la pièce, c’est le temps de l’action, le “ temps concret ”. Ce rapport au présent nous rapproche de la performance.

Peux-tu nous parler des personnages ?

Ce sont des chaises!
Mais ce sont d’abord le vieux de 95 ans, concierge, ancien Maréchal des Logis, et sa femme la vieille de94 ans. Ce sont des gens qui ont accompli une vie de travail et qui, à la fin de leur existence, vont tenter de délivrer un message à l’humanité pour la sauver. Pour ce faire, ils invitent toute la société.
La vieillesse n’est ici qu’un signe, une convention théâtrale. La matière qui sous-tend le texte travaille autour de mécanismes mettant à jour une humanité rongée par la mémoire, l’angoisse...
tracking img