Lorenzaccio

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 13 (3013 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Lorenzaccio

Lorenzaccio est une célèbre pièce de théâtre (drame) écrite par Alfred de Musset (1810-1857, appartient au romantisme) en 1834, sur une idée de George Sand Une conspiration en 1537. Il y décrit un héros tragique et romantique, Lorenzo, affrontant la fatalité du destin. L'intrigue de cette pièce est reprise d'événements réels racontés dans une chronique de la Renaissance sur la viede Florence au XVIe siècle : la "Storia fiorentina" de Varchi. Mais Musset a modifié la fin de l'histoire. En effet dans la réalité, Lorenzo s'enfuit et reste en vie encore quelques années, alors que le personnage de la pièce se laisse tuer, car il a échoué dans sa quête et cela le désespère. Cette modification rend le personnage plus romantique.

Sujet et résumé

L'action se passe à Florenceen janvier 1537.Le patricien florentin Lorenzino de Médicis (ne pas confondre avec Laurent le Magnifique), âgé de dix-neuf ans, jeune homme studieux, admirateur des héros de l'Antiquité latine et grecque, se voue à la restauration de la République. Tâche difficile : son lointain cousin, le duc Alexandre de Médicis (1510-1537), règne sur Florence en tyran avec l'appui de l'empereur d'Allemagne etdu pape[1] ; une garnison allemande assure sa protection ; le cardinal Cibo, qui défend à la fois les intérêts de Charles Quint et ceux du pontife romain, est son plus ferme soutien. Lorenzo devient fidèle serviteur du duc, son familier ainsi que son compagnon de débauche, afin de pouvoir libérer Florence de ce tyran. Les raisons du meurtre restent floues et rien ne semble le légitimer réellement :une part de surnaturel plane dans la démarche de Lorenzo qui semble par la même occasion vouloir mettre les grandes familles républicaines face à leur devoir. Les républicains ne réussiront pas à prendre le pouvoir après la mort du Duc. L'échec de l'acte de Lorenzo semblait prédestiné : en effet Lorenzo agit seul et personne n'a le courage de le croire et de se servir de son acte comme d'untremplin pour instaurer une République. Le personnage éponyme sera assassiné par un homme quelques temps seulement après avoir tué le Duc car sa tête avait été mise à prix.

Le Héros

Au pur Lorenzo succède donc celui que les Florentins appellent Lorenzaccio, en ajoutant à son nom un suffixe marquant le mépris. Incarnant toute la débauche de sa ville, Lorenzo jouera donc un double jeu pendant toutela pièce, celui de « Lorenzino », héros romantique par excellence, empli d'idéaux et inspiré par les deux Brutus, et celui de « Lorenzaccio », personnage corrompu et pervers, qui lui collera bientôt à la peau. Mais Lorenzo sous ses airs de débauché et de lâche est aussi un homme d'épée idéaliste, courageux et poétique (comme dans la scène du meurtre du Duc où "Lorenzaccio" redevient "Lorenzo" :"Que la nuit est belle ! Que l'air du ciel est pur ! Respire, respire, cœur navré de joie.") Cette citation a une tonalité lyrique [2], car le personnage cherche un écho à ses sentiments dans la nature et s'exprime sur le mode exclamatif, ce qui fait de lui un personnage romantique comme Chatterton de Vigny.

Rapport à l'Histoire

L'histoire se déroule à Florence en 1537, dans les deuxdernières années du règne d'Alexandre de Médicis (1536-1537). La ville est ici le théâtre d'affrontements qui ne sont pas sans rapport avec la situation que Musset vient de connaître en France avec l'échec des journées révolutionnaires de juillet 1830. Néanmoins, toute la pièce ne reflète pas l'Histoire de France en 1830, Musset laissant libre court à son imagination pour écrire ce texte de "Théâtre dansun fauteuil".

Lorenzaccio

Alfred de Musset a rêvé en 1833 une pièce excédant toutes les normes et tous les codes de son temps, y compris ceux de la génération romantique en pleine ébullition. Il a plongé dans une histoire de l'Histoire, celle de l'assassinat en 1536 du tyrannique Alexandre de Médicis par son cousin Lorenzo. Il a suivi pas à pas les détails fourmillants des chroniques...
tracking img