Management

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 44 (10911 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Travail fait par : TAOUFIKI ABDELKADER 1ème année GE/ G1B Encadré par Mr Ahmed Azirar |

FICHE DE LECTURE | CONVERSATIONS WITH ECONOMISTS arjo klamer |

Entretiens avec des économistes américains
ARJO KLAMER

Comme son nom l’indique, le présent ouvrage nous rapporte des entretiens effectués avec des économistes de renommés, et qui effectivementont beaucoup apporté à la théorie macroéconomique contemporaine. Il s’agit plus précisément d’entretiens avec des économistes néoclassiques et de leurs adversaires à savoir les néokeynésiens, les monétaristes ainsi que les non orthodoxes.
Ainsi on présentera le contenu de l’ouvrage suivant un plan, qui comportera en premier lieu une introduction résumant les théories de l’équilibremacroéconomique, et ensuite les différents économistes selon le courant de pensée :
Néoclassiques | Néokeynésiens « l’ancienne génération » | Néokeynésiens « la nouvelle génération » | Monétariste | Non orthodoxes |
ROBERT E. LUCAS JR | JAMES TOBIN | ALAN S. BLINDER | KARL BRUNNER | DAVID M. GORDON |
THOMAS J. SARGENT | FRANCO MODIGLIANI | JOHN B. TAYLOR | | LEONARD A.RAPPING |
ROBERT M. TOWNSEND |ROBERT M. SOLOW | | | |

La problématique que l’on va formuler donc, et à la quelle on va essayer de répondre tout au long de l’analyse de cet ouvrage, consiste à savoir comment le gouvernement, par une politique économique volontaire, peut-il aider l’économie à se stabiliser ? l’intervention de l’Etat dans l’économie est-elle par conséquent indispensable ? en abordant bienévidemment le sujetselon les differents points de vue des auteurs precédemment cités.

Première partie : entretiens avec des économistes néoclassiques
I. ROBERT E. LUCAS Jr.
Il a été à l’origine de l’introduction de la théorie des anticipations rationnelles dans les macros modèles. Il a occupé une place centrale dans la sphère de la théorie économique néoclassique.il a eu son doctorat de l’université deChicago, où il est revenu enseigné après onze ans passés à l’université Carnegie-Mellon.
Profil
Lucas a toujours était intéressé par les problèmes sociaux, qui étaient notamment des sujets de discussions au sein de sa famille. Il eut d’abord une formation en Histoire à l’université de Chicago, avant qu’il ne s’aperçoive que sont les forces économiques qui ont le plus d’ampleur. Il eut commeprofesseur de théorie des prix en première année de son doctorat, Friedman, qui était orienté vers les études d’économie appliquée, et qui sur cette base suscité les débats en classe, par l’énonciation de simples citations de journal, pour donc voir leurs vérifications. Lucas a tout aussi été considérablement influencé par le livre de Samuelson « Foundations », ce qui donc l’a mis sur les rails. Ilreçut par ailleurs au cours de ses études une formation Keynésienne par des professeurs tels qu’AL HARBERGER et MARTIN BAILY.
A propos d’autres économistes
Lucas a collaboré avec plusieurs économistes, notamment Léonard Rapping avec lequel il sympathisait énormément. Ce dernier, qui travaillait au ministère de la défense, a été profondément influencé par ce qui se passait au Vietnam dans les annéessoixante, et donc ses rapports avec Lucas ont néanmoins changé, pour donc réduire son intéressement à leurs conversations.
Lucas a tout aussi travaillé avec Presscott, et notamment dans un fameux article « Investment under Uncertainty », qui les a poussés à faire plus d’effort en matière d’économie mathématique. Ce qui pour autant n’a pas constitué un obstacle dans leur recherche.
En ce qui estde Tom Sargent, malgré sa timidité, expliquée par sa préférence de faire le point techniquement avant de parler, il était orienté plus vers une vision technique des choses, avec notamment le développement d’équations, comme cela a été le cas dans son travail avec Lucas à propos de la théorie keynésienne.
Cependant, malgré qu’il soit un économiste néo-classique, Lucas ne s’empêchait pas de...
tracking img