Maw veber et a beureucratie

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 45 (11182 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 décembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
[pic]

Introduction
Contexte historique

I. Weber et la bureaucratie wébérienne 
II. Les cercles vicieux de la bureaucratie
1. Les théories des dysfonctions bureaucratiques
2. Le cercle vicieux bureaucratique de Michel Crozier
Conclusion
Bibliographie

[pic]

Max Weber fut le premier à étudier labureaucratie en tant que mode d'organisation. Bien entendu, il a existé des bureaucraties avant lui. On parle de bureaucratie égyptienne, sous les pharaons, lorsque les scribes avaient acquis un pouvoir important dans la vie quotidienne. Le mot «bureaucratie» fut inventé sous la révolution française pour dénoncer les abus de pouvoir des comités révolutionnaires. La première bureaucratie moderne futmise en place dans la Prusse au 18e siècle. Ce fut notamment Frédéric II qui rassembla toutes les lois de son royaume sous la forme d'un code, le code Frédéric. [1]
Au départ de la sociologie des organisations, Max Weber (1864-1920) étudie le phénomène bureaucratique en considérant la bureaucratie comme instrument de rationalité. A partir des années 40, les sociologues américains tels que RK Merton, AW Gouldner, P Selznick s’intéressent aux effets de la bureaucratie, les dysfonctions. Dans les années 50, la notion d’organisation se substitue à la notion de bureaucratie, associée à dysfonction. C’est ainsi Michel Crozier élabore une théorie nouvelle des formes bureaucratiques établissant notamment les corrélations entre le système bureaucratique et les relations de pouvoir.

(Contexte historique (
Fin du 19ème siècle, début du 20ème siècle
Cette période a été marquée par :
• L’émergence du capitalisme et la constitution des classes ouvrières et leurs premières luttes
• Le développement de la pensée Marxiste (l’analyse de l’Histoire et la participation au mouvement réel de la lutte des classes, pour l’abolition du capitalisme)
• Les révolutionsscientifiques et technologiques
• Les mouvements de colonisation
• La crise de 1929 initiée par l'effondrement de la bourse américaine à New York.
• Les deux guerres mondiales
• La propagation des idéologies notamment le fascisme.

I. WEBER ET LA BUREAUCRATIE WEBERIENNE
1.1 Max weber (21 avril 1864-14 juin 1920)
• Biographie[2] :
Economiste et sociologue allemand,Max Weber naît à Erfurt, en Thuringe, en avril 1864, dans un milieu familial protestant comptant des industriels du textile, des hauts fonctionnaires et des universitaires.
Lecteur de Marx, Hegel, Nietzsche, Kant, se passionnant pour l'histoire, la philosophie, l'esthétique, la théologie, il poursuit de brillantes études de droit et d'économie: sa thèse sur les sociétés commerciales auMoyen Age (1889) et le texte de son habilitation portant sur l'histoire des institutions agraires dans l'Antiquité (1891) le font saluer comme un chercheur éminent. Il enseigne le droit et l'économie politique à Fribourg (1894) puis à Heidelberg (1896), mais une santé défaillante lui fait abandonner ses cours en 1898. Après avoir fondé en 1904 la revue Archives de sciences sociales et de sciencespolitiques avec Sombart et Jaffé, il participe en 1910 à la création de la Société allemande de sociologie.
Engagé dans une activité politique, opposant à Guillaume II, convaincu de la nécessité de l'Etat-Nation, il combat l'antisémitisme, l'anti-européanisme et la démagogie, et adhère au parti social-démocrate en 1918. Membre de la délégation allemande au traité de Versailles, il estsollicité pour travailler à l'élaboration de la Constitution de la République de Weimar. Appelé à la fin de 1918 à la chaire de sociologie de l'université de Munich, il meurt prématurément de pneumonie en juin 1920.

• Oeuvres[3] :

Max Weber est considéré comme le fondateur de la sociologie compréhensive, c'est-à-dire d'une approche sociologique qui fait du sens subjectif des conduites des...
tracking img