Memoire de dea

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2768 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 27 novembre 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
PREMIERE PARTIE : DE LA SOUVERAINE A LA REVOLTEE : DES ETRES EN DEVENIR

Introduction : LES RICHES HEURES D’UN HORLOGER AU GENIE MOZARTIEN

Beaumarchais est un être décrié. Sa vie professionnelle – il en a d’ailleurs plusieurs : horloger, financier, agent secret, auteur dramatique- est chaotique ; sa carrière amoureuse ne l’est pas moins. Son attitude vers les femmes peut paraître ambiguëd’innombrables « passions », trois mariages dont l’un précédé d’une longue liaison et de la naissance d’une fille illégitime, une dernière aventure avec une très jeune femme ne font pas de notre auteur un parangon de constance. Quant à Mozart, génie de la musique, il invente des personnages qu’il met en action accompagné de mots et de situations.
C’est ainsi que Mozart donne naissance à un jeu dethéâtre ; jeu de chant, jeu de la rencontre entre la parole et la musique. Il n’abandonnera jamais le mot, il accordera constamment la même attention au texte qu’il doit traiter, intervenant, décidant et retravaillant l’ouvrage pour qu’il se plie à la nécessité musicale :
La poésie doit se faire fille obéissante de la musique

C’est ainsi qu’il donne la parole aux femmes en alternantdouceur et violence mettant en avant les différents caractères mais aussi leurs désirs. C’est pourquoi nous osons prétendre qu’à l’encontre de bien de leurs contemporains, ce n’est pas en objet qu’ils considèrent les femmes et qu’au contraire, ils portent sur elle un regard moderne. En faire des ancêtres du féminisme serait ridicule mais les femmes sont pour eux des êtres responsables et non des« mineures », comme le dénonce la Marceline du Mariage de Figaro[1]

CHAPITRE 1 : L’IMAGE DE LA FEMME AU XVIII EME SIECLE[2]

Plus que les hommes, les femmes sont les victimes de la rumeur publique. Comme le souligne Robert Mauzi, dans son livre sur L’Idée du bonheur au XVIII ème siècle, «  le tout puissant empire de la réputation, qui fait et défait les vertus ou dénonce les crimes, pèsesurtout sur la femme mariée, qui dépend plus que quiconque de l’opinion ».
Dans la pièce, toutes les femmes, sans exception, sont la cible des délateurs.

1.1° LA CONDITION DE LA FEMME

• la dénonciation des abus
• la calomnie
• L’oppression masculine
• La valeur du mariage

1.2° L’AMBIGUITE DE L’AMOUR MATERNEL

• l’amour maternel et la menace de l’inceste
• amourmaternel et amour filial
• de la mère au fils : un combat musical ( affrontement des idées évoquées à l’acte V, 3 et à l’acte III, 16)

1.3° LE FEMINISME DANS LE MARIAGE DE FIGARO – MARCELINE-[3]

• le féminisme au XVIII ème siècle
• la solidarité féminine
• les femmes, créatures passionnelles

CHAPITRE 2 : LE MARIAGE UNE PIECE FEMINISTE ?

Beaucoup de spectateurs duMariage de Figaro ont été frappés par l’importance que revêt dans cette pièce le conflit entre les sexes. En outre, Beaumarchais dénonce dans plusieurs passages, par l’entremise d’un personnage féminin, les injustices qui caractérisaient à son époque la condition des femmes dans la société. Doit-on pour autant en conclure que Le Mariage de Figaro est une pièce féministe ? Le problème est moinssimple qu’il n’y paraît. C’est pourquoi, souvent, dans la comédie, l’amour n’est qu’un prétexte. Il est nécessairement évoqué dans le cas d’un mariage contraint ou forcé mais reste secondaire. Chez Beaumarchais, rien de tel. Comme la plupart de ses contemporains, dont Marivaux, les sentiments et le désir l’intéressent. Ancien horloger, les mécanismes, le passionnent. Le Mariage de Figaro est pour luiun vrai champ d’observation et de réflexion sur ce sujet. Tout sur l’amour en société, ses multiples aspects, ses différentes phases, serait- ce là son pari ?

2.1° LE DESIR AMOUREUX

• la séduction
• Chérubin ou le désir incarné

2.2° LE LANGAGE DES OBJETS : UNE SYMPHONIE LANGAGIERE

• le décor
• les costumes
• le ruban
• l’épingle

2.3° LES...
tracking img