Mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2389 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 28 mars 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
La mondialisation

I - Les investissements directs

Le mouvement des capitaux est impressionnant (1400 milliards de $ par jour environ ), mais ce n'est peut être pas ce qui est le plus inquiétant. La vraie peur provient de la capacité qu'auraient désormais les FMN (Firmes Multi Nationales) à délocaliser leurs sites de production d'un pays à l'autre dans des délais très rapides. Toutefois, sile capital semble être devenu aujourd'hui totalement mobile, il ne faut pas exagérer le phénomène.

- D'une part, les investissements étrangers représentent encore une part réduite de l'investissement total au sein de chaque pays ( 1 % en moyenne en 1980; 4 % aujourd'hui ).

- D'autre part, les critères de localisation avantagent plutôt les pays développés.

A - Les investissements directssont, en majeure partie concentrés dans les pays étrangers.

Les investissements directs ( implantation d'unités de production à l'étranger) sont, en majeure partie, concentrés dans les pays industrialisés. Les flux d'investissements directs à l'étranger ont explosé dans les années 80.
Après, on note un ralentissement brutal en 1990 - 92 (provoqué par la récession aux USA). Contrairement àl'opinion communément admise, les flux d'investissements directs sont pour la plupart ( pour les 2/3 ) le fait des pays industrialisés (USA, Japon, Europe). En effet, c'est dans les pays industrialisés que l'on trouve les ressources qui permettent de produire plus aisément.
Le ralentissement de la croissance accompagné d'un mouvement de concentration a conduit les entreprises à réduire leurs coûtspour réaliser des économies d'échelle sur le plan productif et commercial. De plus, la législation a évolué dans un sens favorable aux délocalisations - On ne les considère plus aujourd'hui comme un danger mais on a plutôt tendance à les valoriser car elles créent des emplois et permettent d'effectuer des transferts de technologie.

B - L'accès aux marchés devient la motivation principale desentreprises

La part des ID ( investissements directs ) dans les PVD ( pays en voie de développement ) est moins importante que l'on puisse penser. Elle a toutefois augmenté depuis le début des années 90 avec notamment les investissements en Chine. Aujourd'hui, il s'agit bien entendu et comme toujours de contourner les barrières protectionnistes pour accéder au marché local mais également des'intégrer dans la DIT ( Division Internationale du Travail ).

Il n'est pas rare que les entreprises multinationales trouvent dans certains pays non seulement de la main d’œuvre relativement qualifiée à bon marché mais encore des infrastructures tout à fait satisfaisantes. Ceci a entraîné des délocalisations importantes dans le secteur du textile, de la chaussure ou encore dans celui del'électronique et de l'informatique.

Il n'est plus forcément pertinent de produire dans les pays pauvres et de vendre dans les pays riches - c'est, à vrai dire un peu dépassé. C'est le fait de pouvoir accéder à un marché qui devient la motivation principale des entreprises et ceci d'autant plus que le pouvoir d'achat des populations locales augmente.

II - La globalisation financière

La crise mexicaineen 1995 a mis en évidence l'importance des phénomènes de "Globalisation Financière". La dévaluation du Peso mexicain a entraîné un retrait des capitaux étrangers placés dans ce pays, un effondrement de la Bourse et une récession brutale. Mais surtout, la crise mexicaine a révélé la crainte d'une incapacité de l'état mexicain à faire face à ses échéances. En bref, cette crise a entraîné un risquede propagation au reste de l'Amérique Latine, voire au reste du monde industrialisé. La crise mexicaine révèle donc à l'échelle planétaire, l’existence d'un risque lié à la mondialisation des capitaux.

A - Le risque du développement du marché des capitaux

En théorie, la libéralisation financière devrait permettre une meilleure allocation de l'épargne et une diminution du coût du crédit...
tracking img