Mondialisation

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1192 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Mondialisation, gagnants et perdants

Derrière les mythes du
0,2 0,4 0,6 0,8

libre-échange
6 8
Chine Allemagne

0

1

1,2

1,4

1,6

1,8

2

3

4

5
France Japon

10

12 % du commerce mondial en 2004
Etats-Unis

Autriche Malaisie Suisse Suède Australie Thaïlande Inde Arabie saoudite

Russie

Taïwan Singapour

Espagne Mexique

Canada Belgique Hongkong(Chine) Corée du Sud

Italie Pays-Bas

Royaume-Uni

Irlande Pologne Brésil Turquie Danemark Rép. tchèque Emirats arabes unis Norvège Indonésie Hongrie Finlande Afrique du Sud Portugal Philippines Israël Iran Grèce Ukraine Slovaquie Chili Argentine Vietnam Roumanie Algérie Venezuela Nigeria Nouvelle-Zélande Koweït Irak Luxembourg Slovénie Colombie Kazakhstan Pakistan Biélorussie Maroc LibyeCroatie Bulgarie Pérou Tunisie Oman Lituanie Qatar Egypte Angola Bangladesh Serbie-et-Monténégro Equateur Estonie Costa Rica Bahreïn Sri Lanka Rép. dominicaine Jordanie Trinité-et-Tobago Syrie Liban Lettonie Guatemala Côte d'Ivoire Salvador Yémen Soudan Bosnie-Herzégovine Ouzbékistan Cuba Kenya Turkménistan Azerbaïdjan Ghana Botswana Guinée-Equatoriale Chypre Islande Macao (Chine) Malte UruguayBrunei Cambodge Congo Honduras Jamaïque Birmanie Cameroun Maurice Gabon Macédoine Panamá Paraguay Namibie Sénégal Papouasie-Nouvelle-Guinée Antilles néerlandaises Zimbabwe Bolivie Swaziland Tanzanie Zambie Ethiopie Mozambique Rép. dém. du Congo 56 autres pays représentent Tchad chacun moins de 0,01 % Nicaragua Albanie du commerce mondial.

25 pays sur 186 monopolisent 80% du commerce mondial

Biendes dirigeants libéraux estiment que les succès économiques doivent être attribués au libreéchange, dont le non-respect expliquerait échecs et retards. C’est là un mythe qui a pris naissance au XVIIIe siècle et qui a accompagné la première comme l’actuelle phase de mondialisation… e refus du libre-échange est souvent supposé signifier repli autarcique protégeant des productions trop coûteuses. Al’inverse, les « ouvertures » au commerce international et le décollage économique de la Corée du Sud ou de la Chine sont présentés comme des applications du « libre-échange ». C’est occulter le sens des mots et des enjeux. Le libre-échange implique une compétition libre (donc entre égaux), non faussée par l’Etat. Et ce n’est pas tant l’autarcie qui lui est opposée que des échanges sous contrôle –ouvrant un débat sur ses critères. Un fort « taux d’ouverture » – pourcentage élevé d’exportations rapporté à un indicateur de production – peut être associé à un très fort interventionnisme d’Etat, comme en Corée du Sud et en Chine, dont la croissance a été « protégée »… C’est ce qu’ont choisi tous les pays aujourd’hui développés, fait occulté par les présentations dominantes de l’histoire ducommerce mondial (voir p. 122).

L

Conseillée par David Ricardo, principal théoricien du « libre-échange », l’Angleterre du XIXe siècle abolit les corn laws – qui protégeaient jusqu’alors la production céréalière britannique. L’Angleterre, qui avait connu sa révolution industrielle capitaliste un siècle avant la France, menait jusque-là, comme les autres puissances commerçantes, une politique «mercantiliste ». C’est-à-dire une politique protectionniste dans le cadre d’une alliance entre Etats forts et grands marchands du commerce « au loin », appuyée sur les armées pour conquérir le « nouveau monde » et contrôler les grandes routes du commerce mondial. La révolution industrielle et l’expansion des échanges se sont réalisées – de l’Europe occidentale aux EtatsUnis et jusqu’au Japon – surdes bases protectionnistes. La thèse « libre-échangiste » fut formulée au cœur de la première puissance industrielle et colonialiste de l’époque en réponse à une crise majeure du profit. Et si elle est remise à l’ordre du jour, au tournant des années 1980, aux EtatsUnis, c’est pour les mêmes raisons. La tendance à la chute du profit fut analysée par Ricardo (avant d’être déve-

loppée par Karl...
tracking img