Phedre act 1 scene 3 partie de commentaire

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 2 (387 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Phèdre, l’une des nombreuses pièces de Jean Racine inspiré de la mythologie grecque, convie le lecteur à la perte de Phèdre, héroïne tragique dirigée par la force de ses passions incestueuses pourson beau-fils, Hyppolite. Nous allons assister au moment où Phèdre, consommée par ses sentiments, avoue son amour pour Hyppolite à sa confidente, OEnone.
Que fait de Phèdre une héroïne tragique dignede ce nom ?
Afin d’étudier en quoi Phèdre apparaît comme une héroïne tragique dans ce passage, nous allons tout d’abord nous intéressés à sa noblesse et aux références à ses ancêtres maudits. Nousverrons ensuite comment celle-ci exprime ses sentiments de colère et de désespoir, ainsi que ses passions pour son beau-fils, Hyppolite. Pour finir, nous analyserons comment Phèdre suscite la pitié,ainsi que la terreur chez les lecteurs à travers ses actions et ses répliques.

Tout d’abord, Phèdre apparaît comme une héroïne tragique à cause des multiples références à sa parenté maudite,notamment sa mère et sa sœur. L’exclamation « Dans quels égarements l’amour jeta ma mère ! » (v.10) témoigne de cette provenance profane. Phèdre ne peut éviter sa destinée tragique. Son destin, la mort, estprédéterminé par le simple fait qu’elle est le fruit d’une lignée qui croule sous le fléau de la malédiction. En effet, sa mère, Pasiphaë, fut maudite par la déesse Aphrodite et tomba amoureuse d’untaureau, avec lequel elle produit le terrifiant Minotaur, mi-homme mi-taureau. Phèdre ne fut pas la seule à succomber au poids de la malédiction. Sa sœur, Ariane, en fut aussi l’objet. L’exclamation «Ariane, ma sœur, de quel amour blessée, vous mourûtes aux bords ou vous fûtes laissée ! » démontre clairement que non seulement Phèdre, mais aussi sa sœur, ainsi que sa mère furent toutes le troiscondamnées à leur perte par le feux de leur propre amour. Toutefois, le concept d’une ‘force extérieure’ qui se lit au pouvoir du déterminisme de la parenté est présent, introduit par l’expression «...
tracking img