Philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1056 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 19 avril 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
SOCRATE. Tu dis vrai: je ne faisais pas attention que tu possèdes l'art de la mnémonique. Je conçois donc que c'est avec beaucoup de raison que les Lacédémoniens se plaisent à tes discours, toi qui sais tant de choses, et qu'ils s'adressent à toi, comme les enfants aux vieilles femmes, pour leur faire des contes divertissants. (286 a)

HIPPIAS. Je t'assure, Socrate, que je m'y suis faitdernièrement beaucoup d'honneur, en exposant quelles sont les belles occupations auxquelles un jeune homme doit s'appliquer; car j'ai composé là-dessus un fort beau discours, écrit avec le plus grand soin. En voici le sujet et le commencement. Je suppose qu'après la prise de Troie, Néoptolème, s'adressant à Nestor, lui demande quels (b) sont les beaux exercices qu'un jeune homme doit cultiver pour rendreson nom célèbre. Nestor, après cela, prend la parole, et lui propose nombre de pratiques tout à fait belles. J'ai lu ce discours en public à Lacédémone, et je dois le lire ici dans trois jours à l'école de Phidostrate, avec beaucoup d'autres morceaux qui méritent d'être entendus: je m'y suis engagé à la prière d'Eudicos, fils;d'Apémantos. Tu me feras plaisir de t'y rendre, et d'amener avec toid'autres personnes en état d'en juger.

Le mythe se situe donc en un temps défini, mais par nature, hors de l'histoire puisqu'il va des origines du monde à une époque aussi reculé qu'aucune mémoire ne saurait plus en témoigner. Le mythe explique de façon imagée l'origine du savoir et des institutions. Il occupe une place privilégiée au sein de la société car sa finalité est d'éclairer desphénomènes en apparence inexplicables. Le mythe permet donc de structurer le monde en proposant, à travers des récits symboliques et imagés, des réponses aux questions universelles des hommes concernant les origines. Ces réponses engendrent à leur tour des rituels et des hiérarchies qui structurent la société et organise la place des hommes dans cette société.

Pour les Sophistes, c'est la raison, et doncl'éducation et le savoir, qui conditionnent vertu et courage, que ce soit dans la relation à la cité (Protagoras), à soi-même (Prodicos) ou à la nature (Hippias). Gorgias s'oppose cependant à ce rationalisme : l'" arétè " est un don des dieux. L'A. analyse l'influence de ces positions sur Thucydide

Éloge de la cité vertueuse (283b - 286c)
Tout cela est admirable, l’assure ironiquementSocrate. Et si Hippias a passé, comme il le dit, beaucoup de son temps à Sparte, c’est sans doute là aussi qu’il a gagné le plus ? Mais ce dernier dément : il n’a, au contraire, pas touché une obole là-bas.
Cette évocation de Sparte est stratégique : Sparte est aux yeux de Platon un modèle de cité juste car ordonnée, contrairement à Athènes. Dans un premier temps, le fait qu'Hippias n'y aitrien gagné le réfute en tant que savant, puisque, selon son propre critère, est savant celui qui gagne le plus d'argent : par l'épreuve des faits, Sparte réfute le sophiste Hippias. Mais la discussion se porte ensuite de manière plus précise sur la transmission de la vertu, qui est un problème récurrent des dialogues socratiques. Dans le cas présent, sont opposés une prétention privée à enseignerla vertu et un enseignement public par les lois. C'est le second parti que prend Platon, puisque, dans La République, l'excellence des citoyens ne s'atteint véritablement que dans l'harmonie des éléments qui composent la cité. Les prétentions particulières et intéressées d'un pseudo-savant ne peuvent donc qu'être perçues comme corruptrices de l'ordre public aux yeux d'une cité comme Sparte.Dans le présent dialogue, cette idée se présente de la manière suivante : Hippias prétend savoir enseigner la vertu, et il n'hésite pas à affirmer sa supériorité sur les Lacédémoniens en matière d'éducation ; or, Sparte est une cité bien ordonnée dans laquelle la vertu est recherchée ; donc Hippias devrait être apprécié à Sparte et y enseigner la vertu. Le sous-entendu à peine voilé de...
tracking img