Philo

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1077 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 16 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Renforcer la protection sociale Article paru dans l'édition du 08.06.07

La privatisation est dangereuse. Mais il faut modifier les priorités et les modes de prélèvement
c'est parce qu'elle est obligatoire et financée par des prélèvements obligatoires (cotisations et impôts) que la protection sociale est souvent présentée comme une atteinte aux libertés individuelles et comme un poids de plusen plus difficile à supporter. Le fameux déficit de l'assurance-maladie et les besoins financiers de l'assurance-vieillesse sont largement jetés en pâture à l'opinion publique en laissant parfois supposer qu'ils sont dus à une sorte de vice originel ou à une mauvaise gestion chronique des organismes. Face aux dénigrements de ce genre, il est important de souligner que l'assurance-maladie a pourbut de favoriser l'égalité d'accès aux soins médicaux. Ainsi, à la différence de ce qui se passe dans un système d'assurance-maladie privé et facultatif, tel que celui qui prévaut aux Etats-Unis, chacun contribue en fonction de ses moyens et non pas en fonction de l'étendue des garanties souscrites et des risques d'être malade.

S'agissant des régimes de retraite par répartition, ils sontbeaucoup plus sûrs que les fonds de pension à cotisations définies qui tendent à se développer (à titre principal ou à titre complémentaire) dans de nombreux pays. A la différence de ces derniers, ils sont en mesure de prévoir une indexation des pensions sur les prix et le niveau de celles-ci n'est pas exposé aux multiples risques que représentent l'inflation, l'évolution des taux d'intérêt et des tauxde change, ou les variations des cours boursiers. Or, non seulement ces risques ne sont pas assurables, mais encore il faut les considérer sur une bonne soixantaine d'années ; et cela dans un monde où les pays sont de plus en plus interdépendants et où aucun d'eux n'est à l'abri de crises financières.

Il faut également savoir que les régimes d'assurance-maladie et d'assurance-vieillesse de laSécurité sociale présentent des coûts de gestion beaucoup plus faibles que ceux de leurs homologues privés. Cela s'explique aisément par plusieurs raisons : ils n'ont pas de but lucratif, et donc pas de bénéfices à réaliser ni d'actionnaires à rémunérer ; étant obligatoires, ils ne sont pas soumis à la concurrence et n'ont donc pas à effectuer des dépenses de marketing et de publicité pour attirerdes clients ; dans le domaine de l'assurance-maladie, ils couvrent leurs assurés de manière uniforme et réalisent d'importantes économies d'échelle ; en matière d'assurance-vieillesse, ils n'ont pas à se doter de services de gestion de placements financiers ; pour les régimes de salariés, le versement direct par les employeurs des cotisations sociales et de la contribution sociale généralisée (CSG)est une source d'économies non négligeable.

En matière d'assurance-maladie, les compagnies d'assurances des Etats-Unis présentent des frais de gestion de l'ordre de 10 % à 13 % de leurs dépenses (moins de 4,5 % en France pour l'assurance-maladie du régime général de la Sécurité sociale). Ces mêmes frais sont supérieurs à 10 % pour les fonds de pension américains et anglais, contre 1,2 % enFrance pour l'assurance-vieillesse du régime général. S'il n'y a pas de déficit de l'assurance-maladie privée aux Etats-Unis, c'est parce que les contributions sont augmentées par les compagnies d'assurances au fur et à mesure que leurs dépenses s'élèvent. Ainsi, entre 2000 et 2006, les primes des assurances - maladie souscrites facultativement par les entreprises pour leurs salariés ont-ellesprogressé, en moyenne, de plus de 80 % ! Si bien que certains dirigeants de grandes firmes (Ford et General Motors, notamment) ont déclaré leur préférence pour un système d'assurance-maladie public car il leur coûterait moins cher.

Quant aux dépenses de santé prises dans leur ensemble, elles se situent aux alentours de 15 % du PIB aux Etats-Unis, contre moins de 11 % en France, alors que quelque 46...
tracking img