Plagiat 101

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 11 (2718 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 3 octobre 2013
Lire le document complet
Aperçu du document
Plagiat

Le plagiat est une faute morale, civile, commerciale et/ou pénale consistant à copier un auteur ou créateur sans le dire, ou à fortement s'inspirer d'un modèle que l'on omet délibérément ou par négligence de désigner. Il est souvent assimilé à un vol immatériel.
Le « plagiaire » est celui qui s'approprie indument ou frauduleusement tout ou partie d'une œuvre littéraire, technique ouartistique (et certains étendent ceci - par extension - à un style, des idées, ou des faits).

Il convient de distinguer le plagiat, qui consiste à prétendre qu'on est l'auteur original de ce qui n'est qu'une copie, et la contrefaçon, qui consiste à prétendre que ce qui n'est qu'une copie est en réalité l’œuvre de l'auteur original.
Certains 1 opèrent également une distinction entre le plagiat,emprunt grossier, et le « démarquage », où le texte subit des modifications variées pour brouiller les pistes. De même les anglophones rapprochent parfois aussi du plagiat le Missquoting (sources manquantes ou insuffisantes), le Self Plagiarism (un auto-plagiat, nullement illégal voire impossible en tant qu'oxymorique, souvent utilisé par les artistes (Warhol en particulier, qui en a fait samarque), mais parfois assimilé à une sorte de manquement à une nouvelle « norme morale » ou à une sorte de fraude par recyclage quand il n'est pas signalé), de même que pour le slice and dice plagerism (recomposition de ses propres écrits)2. Dans le domaine scientifique, l'auto-plagiat ou publication redondante est prohibé, voir 3 pour exemple.
Sommaire

1 Théories juridiques
2 Histoire3 Plagiat et sciences
4 Plagiat et fiction
5 Plagiat par anticipation
6 Plagiat et éducation
6.1 Outils pour lutter contre les plagiats
7 Aux limites du champ du plagiat
8 Plagiaires et défenses
9 Notes et références
10 Voir aussi
10.1 Bibliographie
10.2 Articles connexes
10.3 Liens externes

Théories juridiques

Le droita varié dans l'espace et dans le temps face au constat ou à la suspicion de plagiat. Du Moyen Âge à l'invention de l'imprimerie par exemple la copie précédait l'imprimerie et de nombreux textes ou œuvres "artistiques" n'étaient pas signés.

Aujourd'hui, le droit d'auteur protège la forme accomplie d'une œuvre, mais non l'idée qui l'a inspirée et le style qui l'a mise en forme, ainsi que lesinformations elles-mêmes, restent « de libre parcours ». Le droit français ne traite pas le plagiat en tant que tel4, mais la propriété intellectuelle.

Cependant, la limite entre l'inspiration, l'imitation et la contrefaçon est parfois très difficile à déterminer. La meilleure façon de s’affranchir d’une accusation de plagiaire est de citer systématiquement les sources sur lesquelles son travailest fondé, ce qui est obligatoire quand on s’appuie sur le droit de citation.
Histoire

Les premières attentions portées au plagiat, perçu comme un phénomène préjudiciable, sont issues du monde littéraire. En matière intellectuelle les idées sont de libre parcours : tout le monde peut les reprendre. Mais le plagiat va au-delà : le plagiaire tente d'usurper une gloire indue en s'appuyant surl'œuvre d'un autre auteur. Il emprunte sans le dire la forme de l'expression.

Le terme plagiaire semble apparaître pour la première fois dans les épigrammes du poète satirique Martial, lequel se plaint à un ami que ses œuvres ont été appropriées par un autre et sont en servitude pénible, en rappelant quel est le véritable auteur : « tu ramèneras le plagiaire à la pudeur » (impones plagiariopudorem)5. Pourtant à cette époque, le plagiat est un jeu d'école qui légitime ce type d'emprunt souvent avoué ou connu6. Ainsi Sénèque engage les auteurs à « digérer » leurs prédecesseurs7.

Au Moyen Âge, trouvères et troubadours ne cessent de se copier. La tradition orale est alors encore plus importante que la tradition écrite avec des œuvres qui ne sont pas signées. Avant la découverte de...