Production et hausse

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1118 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 26 novembre 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Introduction :
1 - Amorce = Le gouvernement actuel espère une reprise de la croissance économique pour les années à venir dans le cadre de sa lutte contre le chômage. En effet, une forte augmentation de la production à long terme nécessite l'embauche de travailleurs supplémentaires et donc la création d'emplois.
2 - Problématique = Quels peuvent être les effets positifs de cetteaugmentation durable de la production dans l’amélioration du bien être de la population ? La croissance est-t-elle toujours source de développement ?
3 - Annonce = Après avoir montré tous les apports de la croissance au développement des pays, nous montrerons qu’elle peut s'accompagner de nombreux effets pervers.
1 - Les effets positifs de la croissance sur le développementPhrase introductive = La croissance est un phénomène récent qui démarre, en Europe, à la fin du XVIIIe siècle. En regardant en arrière, on s'aperçoit de ses nombreux bienfaits.
La croissance a permis une forte élévation du niveau de vie, c'est à dire de la quantité de biens et de services dont dispose un ménage moyen ( Q1 ). En prenant comme indicateur du niveau de vie, le PNB par tête enfrancs constants 1996, c'est à dire en évaluant les différentes production par un système de prix commun, celui de 1996, pour éliminer les effets de la hausse des prix dans l’évaluation de la production ( Q2 ), on peut constater qu'il a été multiplié en France 2,76 entre 1950 et 1973, soit une augmentation moyenne de 4,55% par an, et par 1,23 entre 1973 et 1997, soit une augmentation moyenne de0,8% par an durant la crise ( Q3 ) ( Doc 1 ).
Cet enrichissement des français a profondément bouleversé leur genre de vie, c'est à dire la dont ont été utilisé cette augmentation du pouvoir d’achat ( Q1 ). En 1870, prés des 2/3 du budget d'un ménage moyen était consacrée à l'alimentation et plus des 3/4 aux "besoins primaires". De nos jours, l'alimentation représente moins d’ 1/5ème dubudget d'un ménage moyen alors que les transports, la communication et les loisirs en pèsent près d’1/4 ( Doc 1 ). La hausse de la productivité a diminué la quantité de travail contenue dans les biens c'est à dire les prix réels. L'augmentation du pouvoir d'achat a permis aux ménages, une fois les besoins primaires satisfaits, de se consacrer aux besoins secondaires ( Lois d'Engel ) ( Q4 ). De même,la hausse de la productivité du travail a permis de produire davantage en moins de temps, la durée du travail a pu diminuer de près de moitié entre 1870 et 1997 ouvrant ainsi la voie à une société du temps libre et des loisirs ( Doc 1 ).
La productivité est donc au coeur de la croissance. Une augmentation de production par actif ou par heure se traduit en effet par une diminution de laquantité de travail nécessaire pour réaliser un objet. Le produit coûte donc moins cher. Les entreprises en profitent soit pour diminuer leurs prix soit pour concéder des augmentations de salaires ( augmentation du pouvoir d'achat du consommateur ), soit pour augmenter leurs bénéfices ( augmentation des investissements ) ( Q6 ). Dans tous les cas, la demande augmente ce qui pousse les entreprisesà créer des emplois ( Q7 ) et à produire plus de richesses qui seront mieux réparties par l'Etat-Providence ( Doc 3 ). Plus de trois millions d’emplois ont été créés entre 1950 et 1997 ( Doc 1 )
Conclusion partielle = La croissance est donc source de prospérité. La société s'enrichit tout en bénéficiant de plus de temps libres et de plus de loisirs. Mais n’y-a-t-il pas des effetspervers au productivisme ?
2 - La croissance peut s’accompagner d’un mal-développement
Phrase introductive = Un certain nombre d'économistes ( le Club de Rome dans "Halte à la croissance", 1972 ) et d'écologistes attire notre attention sur les coûts et les dangers de la croissance.
Toute production est destruction. La croissance a des effets négatifs sur l'environnement : épuisement...
tracking img