Rapport de stage

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1938 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 juin 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Rapport d'instrumentation: variabilité de la DMS avec la technique Cox ou des étirements des ischiojambiers.

Présentation de la DMS.

La DMS (distance mains-sol) est un outil clinique qui permet d'évaluer la mobilité rachidienne. Contrairement au test de Schober Mc Rae, La DMS évalue ensemble non seulement la mobilité rachidienne, mais aussi la mobilité sous pelvienne: La DMS étant la mesuredes mains au sol lorsque le patient se tient debout, les jambes tendues, une augmentation de la DMS peut aussi bien être liée à une restriction de mobilité rachidienne (d'origine musculaire ou discale), qu'a une restriction de mobilité sous pelvienne (particulièrement due à des ischio-jambiers trop toniques).

L'intérêt clinique de la DMS est double: 
Evaluer une restriction de mobilitépassagère dans le cas d'un trouble musculo-squelettique et suivre son évolution par un marqueur objectif.
Alerter sur la possiblité d'une restriction persistante de mobilité rachidienne (drapeau rouge SOFEC), indicatrice d'une pathologie inflammatoire.

Présentation de la technique Cox.

La technique Cox, dite de flexion-distraction, a été créée par le docteur James Cox, chiropraticien. C'est l'unedes techniques de manipulation qui a prouvé son efficacité sur les lombalgies chroniques par de nombreuses études. Elle s'effectue sur des tables spécifiques, selon un protocole précis.

La technique Cox de décompression se définit comme une force vectorielle spécifique longitudinale, entraînée par un contact sur l’épineuse d’un segment donné, tout en le stabilisant et en appliquant une forcede traction reliée par la partie caudale ou céphalique de la table. Cela crée un mouvement de pompe sur le disque intervertébral et entraîne les effets suivants : 
1. Augmentation de l’espace discal avec diminution des tensions sur l’anneau fibreux et le nerf rachidien par augmentation du diamètre du trou de conjugaison et amélioration de la circulation locale. 
2. Chute de la pressionintradiscale de + 25 mm Hg à –39 mmHg/-192mmHg dans le nucleus pulposus. 
3. Le volume du trou de conjugaison augmente dans une proportion de 28%. 
4. Restauration des amplitudes de mouvements dans les articulaires postérieures par mobilisation + traction concomitante. 

Pour cette expérience, nous avons choisi d'effectuer des tractions longitudinales, deux séries de dix tractions de 4 secondes à 30° deflexion, jambes attachées. Une minute de repos entre chaque série.

Les étirements des Ischiojambiers.

Lors de la flexion antérieure du tronc, jambes tendues, l'amplitude complète de mouvement n'est obtenue que par étirement du rachis et étirement des muscles ischiojambiers. 

Les muscles ischio-jambiers sont des muscles de la cuisse permettant la flexion du genou, ilssont antagonistes du quadriceps (servant à son extension). Ce sont des muscles polyarticulaires qui vont de la hanche jusqu’à l’arrière du tibia et du péroné
Ce groupe se compose de trois muscles :
muscle biceps fémoral
muscle semi-tendineux
muscle semi-membraneux.

Les muscles ischio-jambiers étant fléchisseurs du genou, il faut les étirer en conservant une extension du genou. Nous avons choisi un étirementpassif des ischiojambiers, patient supine, le praticien réalise une flexion de la hanche du patient tout en verrouillant la jambe en extension par un contact sur le genou.

Protocole.

Nous avons recruté un groupe de dix volontaires, séparés aléatoirement en deux groupes de cinq: Le groupe 1 a reçut le traitement Cox; le groupe 2 un étirement des ischiojambiers.
La DMS était mesurée à l'aided'un mètre couturier avant et après traitement.
Notons que sur la population jeune qui a participé à l'étude, la DMS initiale était souvent égale à zéro, nous avons donc pris la DMS à partir de la paume des mains (mesure du pisiforme jusqu'au sol) afin d'obtenir des données exploitables.

Résultats.

|patient |DMS avant (cm) |DMS après (cm)...
tracking img