Rhinoceros

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 9 (2155 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 20 janvier 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
 

Lecture analytique

Rhinocéros d’Eugène Ionesco

Le monologue final de Bérenger (Acte 3)

ID FDL : 424

Rhinocéros d’Eugène Ionesco
 Le monologue final de Bérenger (Acte 3)

Sommaire :

Introduction
I. 1. La parole en question

A. L’expérience de la parole solitaire
B. L’impossibilité de communiquer
C. Le geste substitut de la parole

2. La lutte contre lahonte et la culpabilité

3. La crise des valeurs

II. Etre original ?

A. Une structure qui mime la solitude
B. Qui est le monstre ?
C. La décision finale de Bérenger

Conclusion

Travail :

Les habitants d’une petite ville envahie peu à peu par une foule de rhinocéros ont été d’abord étonnés par l’incongruité du phénomène. Puis, par mimétisme, par lâcheté, ils sont tous devenusdes rhinocéros, y compris les contestataires, les intellectuels, et la petite amie de Bérenger. Celui-ci, apparemment le moins armé au début de la pièce, faible, alcoolique, sensible, se retrouve seul face à un miroir, et face à des têtes de rhinocéros devenues très belles. Dans ce monologue final, Bérenger s’interroge. Ce monologue occupe donc la place dévolue au dénouement et prend l’expression dela parole solitaire, la prise de parole du « dernier homme » en quête de valeurs humaines et marque l’accession du personnage au statut de héros. Le monologue suit une progression qui rend compte du débat intérieur de Bérenger face à la rhinocérite : le texte oscille entre la résistance et la tentation, après une première séquence qui consacre l’isolement de Bérenger.

La parole enquestion :

1. L’expérience de la parole solitaire

Dans ce monologue, Bérenger se définit comme un être seul.

· Par rapport au départ de Daisy : ne me laisse pas tout seul l.6, je suis tout à fait seul maintenant l.11 (effet de gradation)

· Par rapport à la langue : il est seul à parler français : je suis le seul à le parler l.33. Cette solitude est marquée par le jeu des pronoms : je/eux etpar le double jeu de scène qui consiste à verrouiller la porte et à fermer les fenêtres. L’espace solitaire est protecteur. Mais finalement, c’est une solitude revendiquée : je suis le dernier homme.

2. L’impossibilité de communiquer

· avec Daisy : on ne s’entendait plus l.8. Ici, l’incapacité à communiquer est envisagée sur un plan relationnel domestique (la référence comique au ménage),mais il est un symptôme d’une incommunicabilité universelle. Valeur dérisoire de cette brouille anodine dans sa présentation et la réalité qu ‘elle recouvre.

· avec les rhinocéros, la volonté de convaincre se heurte au problème du langage : D’abord, pour les convaincre, il faut leur parler l.27.

· avec lui-même : Est-ce que je me comprends l.33? sorte d’étrangeté que Bérenger génère à sonpropre égard. Parler seul une langue, c’est renoncer à communiquer, d’où la tentation finale du barrissement.

· Enfin, cette incapacité à communiquer est emblématisée par les photos, portraits qui bien que représentant théoriquement des semblables, ne peuvent que donner l’illusion d’une présence.

3. Le geste substitut de la parole

Le monologue est loin d’être statique et, souvent, le sens estexprimé par le geste bien mieux que par la parole.

· rapport tautologique des deux : je vais me mettre du coton dans les oreilles. (Il se met du coton dans les oreilles) l.23

· importance de toute la gestuelle : jeu de scène relatif aux tableaux, jeux de scène devant le miroir.

Ce monologue pose donc le problème de la validité de la parole dans sa fonction de communication. Il s’agit deredéfinir, en état d’urgence, le sens et le statut de la langue, c’est-à-dire ici du théâtre, qui est avant tout parole et communication.

II. La quête des valeurs :
1. Le problème de l’identité

La glace joue dans ce passage un rôle tout à fait essentiel. Elle est le symbole même de cette quête d’identité. Bérenger, ne pouvant plus se voir exister dans le regard d’autrui, a recours au...
tracking img