Sommes nous toujours libres dans nos décisions

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 5 (1166 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 8 novembre 2009
Lire le document complet
Aperçu du document
Sommes-nous toujours libres de nos décisions ?

Pour décider nous choisissons parmi plusieurs possibilités qui nous sont proposé. L'acte de décider semble pour le sujet marquer sa liberté. Le simple fait d' « avoir la possibilité », de ne pas être contraint a agir machinalement. Ce qui caractérise la liberté comme une certaine indermination, c'est à dire une marge de choix laissée à lalibre appréciation.
Mais cette indétermination est-elle réelle? Il est possible que la marge de décision que nous croyons avoir dans nos décisions ne soit qu'une illusion derrière laquelle se cachent des déterminismes puissants. D'autre part, il n'est pas sûr que nous ne soyons pas un jour inderterminé sur une question : nous avons la toujours des motifs pour décider de ceci ou de cela, il y a unpoids des raisons qui suffit à déterminer la décision. La décision semble toujours contrainte, que ce soit par des processus inconscients ou par les raisons conscientes qui la guident.
Cependant, les raisons conscientes qui guident notre décision permettent une liberté rationnelle fondée sur la pensée. Mais quand ces raisons sont-elles vraiment les nôtres sinon quand en décidons-nous?
La décisionnous apparaît comme un choix libre et fonder pour la plupart des personnes qui l’énonce,mais ce choix n'est-il en parti détérminer par les différentes contrainte qui serait contraire à une décisions libre?

Il n'y a pas de décision sans un choix libre : il faut que le sujet puisse choisir entre plusieurs possibilité pour qu'on parle de décision. Le sujet doit donc être libre par rapportaux possibilités et non contraint à une seule, il faut que les possibilités aient la même valeur de simples possibilités et non de nécessités. Dans ce sens, la liberté est la condition de la décision et la décision est toujours libre.
La décision est un choix qui nous implique, à la différence d'un simple choix, la décision marque l'autorité du sujet. On dit généralement qu'on « se » décide, celasignifie que tout dépend de la délibération du moi dans la décision et non d'une contrainte extérieure. Prendre une décision c'est s'affirmer en tant que personne responsable de ses actes qui décide en pleine conscience de cause. La décision est un choix responsable et donc libre.
Parmi toutes les possibilités qui se présentent, c'est le sujet libre qui choisit laquelle il va rendre réelle parses actes. Décider signifie trancher, arrêter une délibération, c'est une marque d'autorité du sujet sur les différentes raisons qui le bloquent. Hamlet est incapable de prendre une décision par ce qu'il est prisonnier de ses réflexions, il ne sait pas quel parti choisir parmi tous les choix possibles. La décision marque la liberté qui permet d'agir dans l'incertitude du choix.

Contrel'idée que notre conscience est libre et indifférente, on peut objecter que les sciences humaines nous montrent que la consciences est déterminé par un inconscient social, historique, personnel... L'inconscient, quel que soit sa nature, repose sur l'idée de déterminisme c'est à dire l'idée qu'un objet est soumis à des lois. La conscience n'échappe pas au déterminisme, la liberté n'est qu'une impressionqu'elle a du fait de l'ignorance des causes qui la déterminent. La décision est souvent déterminée par un processus inconscient : par exemple, la décision de faire tel ou tel métier est déterminée par des pressions sociales qui ne sont pas forcément réfléchies consciemment.
La décision est un choix qui se fait dans l'ignorance de ses conséquences. Si ses conséquences sont mauvaises, elles serontune contrainte et non des conséquences désirables. Le fait que la décision soit un choix incertain est un défaut et non un avantage pour notre liberté. L'indétermination du choix dans la décision n'est que l'expression des limites de notre connaissance. Cette ignorance est ce qui conduit à faire le mal involontairement, on peut dire avec Socrate que nul ne fait le mal volontairement et que tous...
tracking img