Texte de simon katzenellenbogen, « femmes et racisme dans les colonies européenes »

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 12 (2872 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 18 mai 2010
Lire le document complet
Aperçu du document
Texte de Simon Katzenellenbogen, « Femmes et racisme dans les colonies européenes », Clio, n°9-1999.


Simon Katzenellenbogen est professeur d’histoire économique au département d’histoire à l’Université de Manchester. Ses recherches ont d’abord porté sur les mines, les chemins de fer, les travailleurs et la technologie en Afrique australe. Plus récemment, il a commencé des recherchescomparatives sur le rôle du racisme dans les colonies européennes. Ses recherches portent sur l’impérialisme et le racisme.

Dans ce texte, l’auteur « explore la façon dont les femmes furent utilisées pour établir les identités raciales et pour construire un racisme apte à légitimer l’exploitation coloniale sur la base de la mission civilisatrice ».

Il s’agit d’une étude comparative qui a pourobjectif de mettre en évidence l’utilisation du métissage dans les empires coloniaux, ainsi que l’utilisation du rôle de la femme dans la légitimation du pouvoir colonial mais pas seulement.

Se pose la question de savoir comment l’image de la femme est utilisée au profit de la domination coloniale comme une justification avec comme fond le racisme envers les « indigènes ».

Nous essaierons devoir dans un premier temps, l’exploitation de la race comme moyen de domination puis dans un second temps l’utilisation de la femme par les colonisateurs comme source du racisme pour enfin voir le thème de la « pureté raciale face à l’agitation et au rôle du colonialisme dans les mouvements féministes du XIXe et du début du XXe siècle.


La race comme moyen de domination

Dès le début deson article, Simon Katzenellenbogen fait un historique sur la notion de racisme élaborée par les Occidentaux lors des premières découvertes au XVe siècle. Même si au départ, les sociétés occidentales souhaitaient conquérir de nouveau territoire, très vite la volonté de dominer les populations vivant dans ces contrées devient l’objectif principal.

Les Européens pensaient avoir une mission enversces populations qu’ils considéraient souvent comme leur étant inférieur ce qui leur permettaient de légitimer leurs actions.

Il se développe ainsi la notion de race inférieur et de race supérieur en fonction d’une catégorisation des individus selon leur couleur de peau, « leurs différences physiques ou culturelles ». Comme le dit l’auteur, « le contexte spécifique des empires coloniaux déterminal’identification des différentes races, ainsi que leur position relative dans un système hiérarchisé où les Européens blancs si situaient en haut, les Africains noirs en bas et les jaunes, bruns et rouges de l’Asie, l’Inde et des Amériques entre les deux ».

Pendant très longtemps, on a eu une interprétation anthropologique de la notion de race. Le racisme quant à lui émerge ‘un rapport depouvoir tel qu’il a été établi dans les colonies par les empires européens. Le racisme crée cette notion de race. Ainsi, les crimes commis par les empires coloniaux dans leur colonie comme l’esclavage, les génocides n’existeraient pas sans cette concentration des pouvoirs de l’Etat moderne.

Ainsi la pratique de la terreur ou le renforcement des lois restrictives contre les « indigènes » renforcel’idée de racisme qui se voit être fait pour le bien commun qui est ici celui de l’homme blanc et non de la majorité de la population.

D’un autre côté comme le souligne l’auteur, malgré l’assujettissement de tout un peuple, il y a parmi les natifs, des collaborateurs qui maintiennent des relations privilégiés avec les colons même s’ils considérés toujours comme leur étant inférieur. Cela permetaux européens, « pour pouvoir directement contrôler leurs sujets … à cause de l’insuffisance de leurs ressources militaires, économiques ou humaines ».

Il existe au sein même des sociétés occidentales une domination qui n’est pas forcément liée à la couleur de la peau comme le cas des irlandais considéré par l’empire britannique « comme des sauvages » qui est donc une forme de racisme. Il...
tracking img