Typologie entrepreneur

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 21 (5027 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 24 mai 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Ce texte a été publié dans Verstraete, T. et coll., Histoire d'entreprendre - Les réalités de l'entrepreneuriat, Éditions EMS, 2000, p. 251-262.

Typologie d'entrepreneur Est-ce vraiment utile
par L.J. Filion Cahier de recherche no 2000-14 Octobre 2000 ISSN : 0840-853X

__________________________________ Copyright © 2000 - École des Hautes Études Commerciales (HEC), Montréal. Tous droitsréservés pour tous pays. Toute traduction ou toute reproduction sous quelque forme que ce soit est interdite. Les textes publiés dans la série des cahiers de recherche de la Chaire d’entrepreneurship Maclean Hunter n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs

TYPOLOGIES D'ENTREPRENEURS Est-ce vraiment utile ?

RÉSUMÉ

Quel que soit le domaine abordé, le moindre approfondissement nousconduit à classifier pour mieux comprendre et mieux apprendre. Une des façons de classifier consiste à établir des typologies. L’entrepreneuriat n’échappe pas à cette règle. Beaucoup de typologies d’entrepreneurs sont disponibles aujourd'hui. Ce cahier traite de ce sujet et se penche sur l’origine de la "pensée" typologique, puis en aborde les applications dans le champ de l’entrepreneuriat.*******************************
Il convient, dans un premier de temps, de préciser la signification des termes utilisés. L’origine du terme typologie vient du grec tupos qui signifie caractère, modèle, et logos qui signifie discours. Le Larousse définit le terme typologie comme une "méthode d’observation des types humains". Le Robert précise en suggérant : "science des types humains, considérés dupoint de vue des rapports entre les caractères organiques et mentaux". Les deux définitions ne font référence qu’à la dimension humaine et aucune à la notion de classification. En fait, le terme taxonomie (aussi taxinomie) est celui utilisé pour référer à classification : "science des lois de la classification des formes vivantes", ou encore : "science des lois de la classification" (Robert). Il vientdu grec taxis qui signifie arrangement, ordre, mise en ordre et nomos qui signifie loi, usage. Le Larousse indique que le terme est surtout utilisé en biologie et le définit de la façon suivante : "science qui considère les organismes à l’état statique, et qui cherche les lois de leur classification systématique ou naturelle". Suite à ces définitions, il convient de mentionner qu’il semble plusapproprié de référer aux classifications d’entreprises sous le vocable taxonomie alors qu’il conviendrait mieux de référer à des typologies lorsque nous référons à des personnes. L’usage du terme type peut inclure plusieurs dimensions soit de nationalité, d’ethnicité, de comportement : elle est du type breton et individualiste. Le terme type est souvent complété par des préfixes, tels desarchétypes ou des prototypes qui font plutôt référence à des modèles idéaux ou originaux. Ceci dit, l’usage du terme type a pris de l’extension et est devenu courant pour référer à des éléments autres que strictement des humains. Alors qu'il faudrait se référer à des types qui seraient classifiés dans des taxonomies, il semble qu'un relatif consensus ait été établi pour que le terme typologie réfère àl’étude de types humains. Le terme type implique une certaine distinction établie entre des personnes et réfère implicitement à une classification sans que celle-ci se veuille toujours exhaustive. En sciences de gestion, des auteurs ont inclus les réflexions sur les typologies et les taxonomies sous le vocable de configurations. Ainsi, à titre d'exemple, Miller (1996) suggère trois typologies marquantes :__________________________________ Copyright © 2000 - École des Hautes Études Commerciales (HEC), Montréal. Tous droits réservés pour tous pays. Toute traduction ou toute reproduction sous quelque forme que ce soit est interdite. Les textes publiés dans la série des cahiers de recherche de la Chaire d’entrepreneurship Maclean Hunter n’engagent que la responsabilité de leurs auteurs...
tracking img