Urban fortunes. the political economy of place.

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 22 (5445 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 4 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Urban Fortunes. The political economy of place

John R. Logan, Harvey L. Molotch, Urban Fortunes, The political economy of place, University of California press, 1987.

Introduction : la théorie des pouvoirs urbains aux Etats Unis[1]
La recherche sur les pouvoirs locaux en occident, s’est particulièrement développée aux Etats unis, dans la mesure où le contexte (institutionnel notamment) s’yprêtait particulièrement. Assez rapidement, le régime de type fédéral d’une part, les règles et normes de démocratie locale à l’œuvre aux Etats Unis d’autre part, rendent la question des formes du pouvoir local pertinente et essentielle, pour une compréhension du système politique américain. Par « forme », il s’agit de comprendre que c’est la manière dont le pouvoir se distribue entre lesdifférents segments organisés de la société, qui est mis en question. Ainsi, le pouvoir politico institutionnel n’est de fait qu’un des maillons constitutif du pouvoir détenant des ressources uniques et indispensables à son exercice, comme celui de la légitimité politique.
D’inspirations idéologiques diverses, historiquement deux approches ont été développées pour tenter d’expliquer et de mettre enévidence la structure du pouvoir des villes américaines, et la manière dont s’exerce ce pouvoir. Rapidement, sont ici présentés les postulats et les fondements de ces approches.

L’approche (néo)libérale pluraliste : L’approche pluraliste s’assoit sur 5 idées/postulats fondamentaux, d’inspiration libérale (au sens politique du terme, plus qu’au sens économique) :
• Le pouvoir est à la foisfragmenté (à l’échelle d’un territoire donné) et décentralisé ce qui est souhaitable si l’on tend à instaurer/conserver un système démocratique.
• Les inégalités socio spatiales existent dans la mesure où les groupes sociaux ont des ressources et des besoins différenciés.
• Chaque secteur de politique publique locale et ses effets sont le fruit d’un jeu d’acteurs et d’un processus propres auterritoire.
• L’exercice du pouvoir politique dépasse le seul cadre du système de représentation institutionnel et électif.
• C’est la négociation entre les différents groupes d’intérêts organisés qui fonde le processus décisionnel, et qui doit être la source de légitimation de l’action politique de l’élu.
C’est Robert Dahl qui théorise le premier cette approche dans son ouvrage « WhoGoverns ? » (Dahl, 1961), basé sur le cas particulier de New Haven, Connecticut. Il cherche à expliquer comment les décisions politiques des villes sont prises de manière effective, quels groupes les influencent, comment se forment ces groupes, et comment se fait l’interaction des différents groupes et de leurs intérêts lors du processus de négociation. Il décrit son travail comme étant une« théorie de la démocratie empirique », et admet donc qu’il existe autant de régime urbain pluraliste, que de ville où s’exercent ces régimes. L’idée globale qu’il défend est celle-ci : si des groupes sont amenés à être en position de leadership sur tel ou tel portion de territoire urbain, sur tel ou tel secteur de politique publique urbaine, ces groupes sont eux même amenés à être dirigés[2] (sur d’autressecteurs de politique publique et d’autre espaces urbains). De sorte qu’il caractérise le pouvoir urbain comme un pouvoir émanant d’un système stratifié d’acteurs (dans le temps, dans l’espace et en fonction des secteurs de politique publique) qui se régulent et se contrôlent. Cette stratification, comme forme de pouvoir, n’est pas figée et induit que les groupes d’intérêts ont vocation à jouerdifférents rôles plus ou moins influents, en fonction du contexte spatial et temporel d’une part, en fonction des segments de politiques publiques d’autre part.
Critique : Cette approche génère une série de modèles (autant de modèle que de ville) constituant de fait une « anti théorie ». En réalité, les chercheurs américains reconnaissent tous que le processus de décision implique la...
tracking img