Violence conjugale

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 47 (11545 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 2 août 2012
Lire le document complet
Aperçu du document
INTRODUCTION
La famille est l’unité de base de la société. Elle est composée la plupart d’un couple et d’enfants qui évoluent selon de « relations saines ». Elle constitue une instance de socialisation. Depuis ces dernières années, elle connait une difficulté en son sein : la violence.
Elle est en augmentation et suscite alors des questionnements.
Son origine est recherchée. La femme estsouvent la victime. Déjà, le code Napoléon consacrait en 1804, l’incapacité juridique de la femme mariée. Celle-ci était considérée comme mineure et entièrement sous la tutelle de ces parents, puis de son époux ; avec des restrictions sévères au droit de divorcer. Etait- ce une façon de donner tout pouvoir à l’homme sur la femme ?
La violence au sein d’un couple est un phénomène qui a toujoursexisté. L’éducation même des jeunes filles était orientée vers la soumission. La violence conjugale n’est considérée comme un problème social que depuis la fin du XXe siècle (notamment depuis l’apparition des premiers mouvements féministes, vers 1970).
L’évolution des politiques sociales a contribuées à un changement du statut de l’homme au sein du couple. De la puissance paternelle nous avonsaboutit à l’autorité parentale, régime qui confère une égalité entre les deux sexes. En sus, l’homme a longtemps été considéré comme supérieur à la femme, même et surtout dans la loi: le principe d’égalité entre hommes et femmes n’est posé dans la Constitution qu’en 1946, et il faut attendre 1970 pour qu’au sein de la famille l’autorité des deux membres du couple soit prise en compte, et plusseulement l’autorité du «Chef de famille» la puissance paternelle.
En effet, depuis une quarantaine d’années, nous vivons dans une société patriarcale: l’apprentissage est sexué, les  garçons s'identifient au rôle de l'homme, de la force et de la domination, à cause de l'éducation qu'ils ont reçue. Dès la petite enfance, les garçons sont orientés vers des comportements d'affirmation de soi,d'agressivité. Les filles sont, elles, préparées à avoir un caractère souple, pour éviter les conflits (annexe 1). Cet état de fait justifie t-il certains comportements et certaines postures ?
La violence est en chacun de nous. Elle fait partie de notre quotidien. Elle est à la fois inhérente à la « nature » humaine et constitutive des rapports sociaux, mais son contrôle est absolument indispensable à lacoexistence entre les individus. La violence au sein du couple constitue un phénomène social complexe qui a plusieurs causes et plusieurs formes. Dans une immense majorité des cas, elle est le fait d’un homme envers une femme. Les auteurs de violences conjugales et leurs victimes ont intégré les schémas de pensée dominants sur les relations hommes-femmes et sont issus de tous les milieuxsocio-économiques, de tous les groupes ethniques.
La violence à l’encontre des femmes est un problème majeur qui affecte tant la santé que les droits de la personne humaine. À tout moment de leur vie, que ce soit dans l’espace public ou privé, au sein de l’espace familial, les femmes sont exposées à des violences physiques, sexuelles et psychologiques, souvent subies dans le silence comme une fatalité, voiremême déniées par les victimes elles-mêmes. La sphère privée favorisant cette situation. La peur d’aller à l’encontre de principes établis.
Selon le rapport de l’Observatoire National de la Délinquance (OND), en 2007 le nombre des décès au sein du couple se monte à 192 dont 166 femmes, soit une tous les 2 à 2,5 jours en 2007, (contre 168 et 137 en 2006). De 2005 à 2007, les violences familialessubies par les femmes et enregistrées par la sécurité publique connaissent une hausse de 24 %.
Cette tendance est confirmée par les acteurs rencontrés sur le terrain. Et les chiffres sont en hausse. D’un point de vue national 410 000 femmes ont déclaré avoir été victimes de violences physiques, de la part de leur conjoint ou de leur ex-conjoint, en l’espace de deux ans. Le nombre réel des...