L'endurance en cm2

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 8 (1900 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 7 avril 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Endurance : comment rendre attrayante la course de durée en athlétisme pour une classe de CM2 ?

1) Approche générale (théorique, scientifique) sur l’endurance

On peut définir l’endurance comme la faculté de réaliser des actions motrices pendant une durée maximale. Zatsiorsky caractérise l’endurance comme la capacité d’effectuer, pendant une longue durée, une activité d’intensitédéterminée, sans baisse de son efficacité. Par conséquent, il faut mettre en particulier en relation l’intensité et la durée de l’effort si l’on désire agir sur l’endurance.

Parmi les activités support au développement de l’endurance, la course à pied paraît la plus représentative. Il s’agit de développer le processus aérobie dans sa globalité chez ces enfants, sans oublier les aspects techniquesde la course (foulée économique qui permet de courir longtemps sans trop se fatiguer) qui comprend aussi la technique respiratoire. En effet, les élèves devront apprendre à réguler leur respiration en trouvant un rythme respiratoire adéquate (éventuellement callé sur le rythme de course) avec une expiration active et forcée, plus longue que l’inspiration. Ceci pour éviter les points de côté etdes essoufflements trop rapides. Un de nos objectifs sera aussi de développer chez les élèves de ce niveau la capacité à maintenir une allure de course régulière (à mettre éventuellement en relation avec la capacité à varier l’allure volontairement).

Un facteur physique essentiel à développer est

la capacité aérobie qui consiste à soutenir un

pourcentage donné de VO2max (entre 60 et80%)

pendant une période prolongée. On peut donc

travailler avec la Vitesse Maximale Aérobie

(qui correspond à la Puissance Maximale Aérobie),

vitesse (ou puissance) à laquelle l’élève utilise la

quantité totale d’oxygène qu’il est capable d’amener

à ses muscles (il est donc à son VO2max). Pour autant,

l’augmentation de la VMA ne traduit pas forcément

celle du VO2max. Or, leVO2max atteint sa capacité

maximale à se développer à la fin de la puberté (selon

Kobaiashi), d’où l’importance de le travailler à ce PMA

moment. A cet âge, il ne faut pas systématiquement travailler à des intensités trop supérieures à celle de la VMA qui feraient intervenir les processus anaérobies lactiques difficiles à éliminer chezles jeunes (pré-pubères).

Certaines des ces compétences ne sont pas toujours facile à faire acquérir aux élèves comme par exemple savoir gérer son effort et son souffle, savoir modifier sa technique de course en fonction du type de parcours, être économique dans sa foulée et utiliser ses segments libres pour équilibrer sa foulée. D’ailleurs ces difficultés d’acquisition ont pu êtreconstatées lors des différentes séances avec la classe de CM2.

2) Expériences et vécu de stage

Dans le but de réaliser un CROSS en fin de cycle, il a été prévu, pour une classe de CM2, de porter le cycle d’athlétisme sur le développement de l’endurance chez ses élèves, et particulièrement en course de durée. Bien que le CROSS puisse être une source de motivation, c’est tout de même l’aspect lemoins attrayant de l’endurance qu’il a été décidé de traiter, à savoir le « courir longtemps », qui va de paire avec la manière dont il a été travaillé, à savoir de « courir en rond dans un stade ».

Le premier exercice consistait à courir pendant 5 minutes sans s’arrêter, sur un parcours rectangle représentant le quart d’un terrain de football. L’allure (relativement faible) étaitimposée par l’étudiant menant la séance en courant avec le groupe classe. Les critères de réalisation étaient donc simples : bien respirer et suivre le groupe. Le but de la situation était de faire remarquer aux élèves qu’il n’est pas si difficile de courir pendant plusieurs minutes si l’allure est modérée et constante. Le critère de réussite principal semble donc évident : « je ne me suis pas...
tracking img