L'ile des pingouins

Disponible uniquement sur Etudier
  • Pages : 10 (2376 mots )
  • Téléchargement(s) : 0
  • Publié le : 14 juin 2011
Lire le document complet
Aperçu du document
Degave
 Leslie
 


  COMMENTAIRE
 LINEAIRE
  L’Île
 des
 pingouins,
 Anatole
 France
 
 

19
 /05/11
 


  L’Île
  des
  pingouins
  est
  un
  ouvrage
  d’Anatole
  France
  publié
  en
  1908.
 
  C’est
  une
  réécriture
  sous
  forme
  burlesque
  et
  satirique
  de
  l’affaire  Dreyfus
  rédigée
  peu
  de
  temps
  après
 la
 derniere
 revision
 du
 procès
 qui
 marque
 la
 fin
 de
 l’affaire
 en
 réhabilitant
 Dreyfus
  et
 en
 cassant
 le
 verdict
 du
 proces
 de
 Rennes
 de
 1899.
 L’extrait
 étudié
 est
 issu
 du
 livre
 VI
  de
  la
  partie  Les
  Temps
  Modernes
  (chapitre
  2)
  qui
  relate
  l’affaire
  Pyrot
  qui
  en
  réalité
  n’est
 autre
 que
 l’affraire
 dreyfus
 ;
 Pyrot
 représente
 le
 personnage
 de
 Dreyfus.
 Le
 thème
  du
  texte
  concerne
  la
  culpabilité
  de
  Pyrot
  dans
  le
  vole
  des
 quatre-­‐vingt
  mille
  bottes
  de
  foin.
 Dedans
 Anatole
 France
 se
 livre
 à
 une
 analyse
 lucide
 de
 l'Affaire
 dans
 laquelle
 il
 fut
  entièrement
 impliqué
 en
 tant
 que
 dreyfusard.
 Nous
 montrerons
 que
 cet
 extrait
 met
 en
  evidence
 l’injustice
 subie
 par
 Dreyfus à
 travers
 une
 fiction
 littéraire.
 La
 premiere
 partie
  de
  ce
  commentaire
  de
  texte
  (ligne
  1
  à
  14)
  sera
  consacrée
  à
  l’analyse
  de
  la
  réaction
  du
  peuple
  de
  la
  Pingouinie.
  La
  deuxième
  partie
  (ligne
  15
  à
  27)
  rendra
  compte
 de
  la
  machination
  montée
  contre
  Pyrot.
  Enfin
  la
  derniere
  partie
  (ligne
  28
  à
  44)
  évoquera
  le
  chatiment
 imposé
 à
 Pyrot
 après
 son
 procès.
 
  Nous
  verrons
  donc
  dans
  un
  premier
  l’analyse
  de
  la
  réaction
  du
  peuple.
  Cette
  réaction  n’est
  autre
  que
  l’absolue
  certitude
  de
  la
  culpabilité
  de
  Pyrot.
  Ainsi
  l’auteur
  prend
 le
 temps
 d’étudier
 la
 question
 du
 doute
 car
 on
 peut
 supposer
 que
 cela
 l’intrigue
 le
  fait
  que
  la
  foule
  n’en
  ai
  aucun
  concernant
  ce
  que
 Pyrot
  aurait
  fait.
  En
  effet,
  dès
  les
  premières
  lignes
  France
  nous
  annonce
  que
  la
  foule
  n’a
  cherché
  ni
  la
  vérité
  ni
  le
  mensonge
  qui
  pouvaient
  exister
  dans
  cette
  affaire.
  Ceci
  s’appuie
  sur
  l’anaphore
  des
  termes
 «
 on
 ne douta
 point
 »
 (lignes
 1,2
 et
 3)
 qui
 met
 en
 valeur
 
 le
 fait
 que
 la
 foule
 n’a
  pas
  douté
  et
  a
  cru
  immédiatement
  ce
  que
  les
  journaux
  et
  les
  hommes
  hauts
  placés
  disaient
 à
 ce
 sujet.
 Il
 est
 dit
 «
 on
 ne
 doute
 pas sans
 raisons
 comme
 on
 croit
 sans
 raisons
 »
  (ligne3)
 ceci
 montre
 qu’il
 est
 plus
 facile
 pour
 la
 foule
 de
 croire
 ce
 qu’on
 lui
 dit
 plutôt
 que
  de
  chercher
  des
  arguments
  valables.
 Ainsi
  douter
  engendre
  des
  raisons
  soit
  des
  preuves
 ...
tracking img