La rivière à l'envers-Tomek

par

De vives interrogations

Nous vous avons largement parlé de la part de fantastique qui constitue cette œuvre. Mais avant tout, « La rivière à l’envers » est une véritable quête qui tend à se dessiner dès les premières pages de l’œuvre, quand Tomek le petit épicier reçoit une cliente qui lui demande un produit qu’il n’a pas « Alors, dit la petite voix fragile et hésitante, mais soudain pleine d'un fol espoir, sembla-t-il à Tomek, alors vous aurez peut-être... de l'eau de la rivière Qjar?

Tomek ignorait ce qu'était cette eau. Il ignorait aussi où pouvait se trouver cette rivière Qjar ». La suite logique a donc conduit la cliente à lui expliquer de quoi il s’agissait, c'est-à-dire l’eau qui empêche de mourir. Si Tomek accepte de se mettre en route et de braver maints dangers pour trouver cette fameuse eau, il est intéressant de constater la pertinence des questions soulevées par l’objet de cette quête « Est-ce qu'on peut vraiment souhaiter ne jamais mourir? ... N'est-ce pas justement parce que la vie s'achève un jour qu'elle nous est si précieuse? ... Est-ce que l'idée de vivre éternellement n'est pas plus effrayante que celle de mourir? ... Et si l'on ne meurt jamais, alors quand reverra-t-on ceux que l'on aime et qui sont déjà morts? ... ». Ces questions pourraient être celles de tout lecteur qui décide de parcourir cet ouvrage. L’on peut également constater que si de telles questions subsistaient dans l’esprit du héros, elles ne l’ont nullement empêché d’atteindre l’objectif ultime qui était de trouver cette rivière.

Inscrivez-vous pour continuer à lire De vives interrogations >

Dissertation à propos de La rivière à l'envers-Tomek