Écrit d'observation autisme

Pages: 6 (1359 mots) Publié le: 18 avril 2011
| |
|Ecrit et Analyse d’observation |
||
| |

|SOMMAIRE |

Ecrit d’observation ………………………………………………………… p. 1

Analyse d’observation……………………………………………………. . p. 2
J'effectue mon stage à l'Institut Médico-Educatif d'Ancenis. L'établissement accueille des jeunes de 6 à 20 ans présentant une déficience intellectuelle avec ou sans handicap associé.
Chaque Jeudi après-midi, j'accompagne, avec 2 autres éducateurs de l'institution, un groupe de 5 jeunes à l'atelier Poney. Cette activité transversale se déroule au centre équestre de “Pied Bercy” et est animée par une monitriced'équitation. Pendant la séance, je suis plus particulièrement auprès de Julie, une jeune fille de 13 ans souffrant d'autisme associé à un syndrome d'Angelman. Je n'ai pas défini d'objectif spécifique préalable à mon observation. Au moment de l'observation, j'accompagne Julie au poney pour la troisième fois. Lors des séances précédentes, elle se désintéressait de l'activité, était beaucoup dans le refus,ce qui rendait les séances et l'accompagnement compliqués.
Julie entre facilement dans la salle, elle aperçoit l'animatrice et tend les bras en avant en souriant. Elle s'approche du poney et tape dessus avec ses deux mains. Je lui montre qu'on peut le caresser, faire doucement, ce qu'elle fait par la suite en souriant. Je l'accompagne chercher la selle, qu'elle m'aide à porter, et nousrevenons ensemble. A plusieurs reprises, elle met ses deux bras en hauteur sur le poney. Je lui explique qu'il faut d'abord finir de le préparer avant de le monter. De temps en temps, elle part voir le poney de Simon. Je vais la chercher et lui rappelle que son poney est là et qu'elle va bientôt pouvoir monter dessus.
Sur le poney, Julie est corporellement tendue. Elle se tient en arrière, jambespliées. Nous essayons de détendre ses jambes mais elle ne laisse pas ses pieds dans les étriers.
Nous partons au pas, nous sommes devant et Julie se retourne pour regarder les autres. Je décide alors qu'elle passe en dernière pour qu'elle puisse observer le groupe devant elle, tout en se tenant au poney.
Pour passer au trop, du fait de sa position, Julie a besoin d'être soutenue par la monitrice pouréviter de tomber. Au bout de quelques minutes, alors qu’elle attend son tour, Julie se met à arracher les poils de son poney. Devant la dangerosité de la situation, je lui maintiens les deux mains et j’élève légèrement la voix pour lui signifier qu'il ne faut pas faire ça, que ça fait mal au poney. Puis, je lui montre à nouveau comment le caresser. Elle continue à arracher les poils, me regarde,se met à rire, se “crispe” sur elle même. Doigts serrés, la tête rentrée sur son torse, son visage devient rouge. J’interviens à nouveau pour lui dire que si elle continue comme ça, elle ne pourra plus être sur le poney. Julie poursuit son action. Je lui propose alors d'aller au centre du manège de façon à ce qu'elle puisse voir les autres jeunes. Elle les regarde, rigole et émet des “sons”. Peude temps après, Julie part faire son tour au trop. Elle rit. Après avoir ramené les poneys, la séance se termine.
Tout au long de la séance, j’ai trouvé que les expressions de plaisir qui apparaissaient sur le visage de Julie étaient très “communicatives”. J’ai ainsi ressenti moi-même un certain plaisir en constatant que Julie pouvait profiter de cet...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Autisme
  • Autisme
  • Autism
  • Autisme
  • AUTISME
  • Autisme
  • Autisme
  • Autisme

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !