Atonalié

3382 mots 14 pages
ATONALITÉ
C’est dans les premières années du XXe siècle, et surtout à partir de 1912 (année de la première audition du Pierrot lunaire d’Arnold Schönberg), que l’on commença à parler de musique «atonale» et, par extension, de ce qui devait être considéré, à tort, comme une technique – ou un ensemble de techniques – de composition musicale, et qui fut nommé «atonalité».
En réalité, le mot atonalité ne s’applique à aucun style musical déterminé, mais il englobe tous les styles musicaux dans lesquels les règles du système tonal classique ne sont plus appliquées. Il existe donc à l’époque moderne, à partir du début du XXe siècle, quantité d’écoles musicales qui, à un titre ou à un autre, peuvent être qualifiées d’atonales. Le terme, toutefois, ne s’applique pas aux musiques qui existaient avant le système tonal et qui, par conséquent, n’y obéissaient pas encore. Jamais, par exemple, une musique modale (construite à partir d’un mode différent de celui de nos gammes classiques, majeures ou mineures) ne fut appelée atonale.
L’atonalité semble donc être moins liée à la disparition de la tonalité ou de la modalité qu’à celle d’un de leurs caractères communs: en effet, dans ces systèmes, un rôle particulier, prédominant, est accordé à l’une des notes de la gamme ou du mode, cette note apparaissant, sous le nom de «tonique», comme une sorte de pôle d’attraction. Une musique pourra donc être dite atonale lorsqu’elle ne contiendra ni ton, ni mode, ni aucune note ayant un rôle privilégié par rapport aux autres notes.
Dans la musique occidentale, les gammes des divers tons ou modes sont constituées par une suite de sept sons (par exemple: do, ré, mi, fa, sol, la, si, pour la gamme appartenant au ton de do majeur). Mais l’évolution de cette musique s’est faite dans le sens d’un enrichissement progressif dont le résultat est la coexistence successive de plusieurs tonalités dans une même œuvre musicale. Chacun de ces changements de tonalité, à l’intérieur de la même œuvre, est

en relation