Baudelaire

519 mots 3 pages
2M09 2M09

Sujet: «Pour Baudelaire, le bonheur est un transport, l’idéal une quête»

Introduction : Charles Baudelaire, écrivain français du XIXème siècle et héritier du romantisme, a su à travers ses oeuvres, notamment Les Fleurs du mal, nous exprimer sa pensée sur l’homme et sa réflexion. Pour atteindre le bien être, Baudelaire est obligé de partir. Il est constamment à la recherche d’un monde chimérique. Dans le langage courant, est idéal ce qui atteint le plus haut degrés de perfection, ce terme désigne donc un monde invisible, inaccessible mais que le poète est parfois capable d’entrevoir, dans son imagination, dans une femme, dans un parfum… Rechercher l’idéal est pour Baudelaire un moyen de fuir le Spleen. Néanmoins, dans «La géante» nous pouvons voir qu’il y a un idéal de beauté qu’on ne pourra jamais atteindre. Pour Baudelaire la femme est un prétexte d’évasion mais n’est pas la solution face au mal du siècle. Dans le poème «Quand le ciel bas et lourd», on peut constater que le poète est emprisonner sur terre, il souffre de ne pas pouvoir partir, s’évader. Baudelaire utilise des comparaisons entre le paradis, le bonheur et les pays lointains («parfum exotique») afin de montrer les distances infinies qui existent entre les deux mondes qui le préoccupe, le Spleen et l’idéal. L'idéal, infiniment grand, est très difficile à atteindre. On peut même dire que c’est impossible. Ainsi nous allons donc observer pourquoi et par quels moyens Baudelaire s’obstine à vouloir l’atteindre. Dans les prochains paragraphes, nous allons aussi observer dans quelle mesure le bonheur est une échappatoire. Développement : Pourquoi Baudelaire s’obstine-t-il à vouloir atteindre un idéal ? Quels moyens utilise-t-il pour accéder à celui-ci ? Dans

en relation

  • Baudelaire
    986 mots | 4 pages
  • Baudelaire
    1584 mots | 7 pages
  • Baudelaire
    1016 mots | 5 pages
  • Baudelaire
    1428 mots | 6 pages
  • Baudelaire
    1865 mots | 8 pages
  • Baudelaire
    1762 mots | 8 pages
  • Baudelaire
    1359 mots | 6 pages
  • Baudelaire
    1235 mots | 5 pages
  • Baudelaire
    368 mots | 2 pages
  • Baudelaire
    850 mots | 4 pages