Baudelaire

Pages: 5 (1079 mots) Publié le: 12 mars 2013
Charles Baudelaire




Sa vie :


Charles-Pierre Baudelaire est un poète français, né à Paris le 
9 avril 1821 et mort dans la même ville le 31 août 1867. Il est
naît rue Hautefeuille à Paris. Sa mère, Caroline Archenbaut-Defayis a vingt-sept ans. Son père, Joseph-François Baudelaire, né en 1759 à La Neuville-au-Pont, en Champagne, est alors sexagénaire. Quand il meurt, en 1827,Charles n'a que six ans. Cet homme lettré, épris des idéaux des Lumières, et amateur de peinture, peintre lui-même, lui laisse un héritage dont il n'aura jamais la totalité. En 1798, sa mère se remarie avec le chef de bataillon Jacques Aupick. Le futur poète ne pardonnera jamais à sa mère ce remariage, et l'officier Aupick, devenu plus tard ambassadeur, incarne à ses yeux tout ce qui fait obstacleà ce qu'il aime : sa mère, la poésie, et le rêve.
En 1831, le lieutenant-colonel Aupick reçoit une affectation à Lyon, Baudelaire est inscrit à la pension Delorme puis suit les cours de sixième au Collège royal de Lyon, en cinquième il devient interne. En janvier 1836, la famille revient à Paris où Aupick est promu colonel en avril. Baudelaire, alors âgé de quatorze ans, est inscrit au CollègeLouis-le-Grand comme pensionnaire, mais il doit redoubler sa troisième. En seconde, il obtient le deuxième prix de vers latins au concours général.
Renvoyé du lycée Louis-le-Grand en avril 1839 , Baudelaire mène une vie en opposition aux valeurs bourgeoises incarnées par sa mère et son beau-père. Il est reçu in extremis au Baccalauréat qu'il passe au lycée Saint-Louis en fin d'année. Son beau-pèrejugeant la vie de son beau-fils « scandaleuse », décide de l'envoyer en voyage vers les Indes, périple qui prend fin auxMascareignes (Maurice et La Réunion) en 1841.
De retour à Paris, il s'éprend de Jeanne Duval, avec laquelle il connaîtra les charmes et les amertumes de la passion. Dandy endetté, il est placé sous tutelle judiciaire, et connaît, dès 1842, une vie dissolue. Il commence alors àcomposer plusieurs poèmes des Fleurs du mal. Critique d'art et journaliste, il défend en Delacroix le représentant du romantisme en peinture, mais aussi Balzac lorsque l'auteur de La Comédie humaine est attaqué et caricaturé pour sa passion des chiffres ou pour sa perversité présumée. Grâce à son ami Louis Ménard, Baudelaire découvre en 1843 les « paradis artificiels » dans le grenier del'appartement familial des Ménard : il y goûte la confiture verte (synonyme de haschich). Même s'il contracte la colique à cette occasion, cette expérience semble décupler sa créativité, aussi va-t-il renouveler cette expérience occasionnellement sous contrôle médical en participant aux réunions du "club des Haschischins". En revanche, sa pratique de l'opium est plus longue : il fait d'abord un usagethérapeutique du laudanum (prescrit dans le traitement de diarrhées) dès 1847, prescrit pour combattre ses maux de tête et comme analgésique (suite aux douleurs intestinales consécutives à une syphilis, probablement contractée durant sa relation avec la prostituée Sarah la Louchette vers 1840). L’accoutumance lui fait augmenter progressivement les doses. Croyant y trouver un adjuvant créatif, il endécrira les enchantements et tortures.
Le 15 juillet 1848, paraît dans « La Liberté de penser » un texte d'Edgar Allan Poe traduit par Baudelaire : « Révélation magnétique ». À partir de cette période, Baudelaire n'aura de cesse de clamer son admiration pour l'écrivain américain et deviendra son traducteur attitré. La connaissance des œuvres de Poe et de Joseph de Maistre atténue définitivement sa"fièvre révolutionnaire". Plus tard, il partage la haine de Gustave Flaubert et de Victor Hugo pour Napoléon III.
Le 24 avril 1864, le poète, criblé de dettes, part pour la Belgique pour entreprendre une tournée de conférences où ses talents de critique d'art éclairé ne déplacent guère les foules. Il se fixe à Bruxelles, et prépare un pamphlet contre son éphémère pays d'accueil, qui figure, à...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • baudelaire
  • Baudelaire
  • Baudelaire
  • Baudelaire
  • Baudelaire
  • Baudelaire
  • Baudelaire
  • Baudelaire

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !