Blimblim

Pages: 4 (827 mots) Publié le: 7 octobre 2012
Plus indépendant du pouvoir royal que ses contemporains, Jean de La Fontaine a développé dans ses fables des thèmes qui ne devaient pas plaire au monarque absolu que fut Louis XIV. Derrière leshistoires amusantes où interagissent entre elles des espèces de la faune et de la flore, et au-delà de la morale que les fables de La Fontaine proposent, se cachent souvent des critiques sociales etpolitiques. La fable intitulée « Le Chêne et le Roseau » véhicule en ce sens un discours satirique : La Fontaine, en faisant interagir deux végétaux antagonistes, évoque et critique la situation politiquede son temps. Nous allons étudier cet aspect en montrant premièrement que le chêne représente le pouvoir royal. Nous verrons ensuite comment La Fontaine évoque les défauts de ce pouvoir, qu’il critiqueet conteste subtilement.

Bien que cette idée ne soit jamais explicite dans le texte, le chêne représente à plusieurs égards le pouvoir royal. En effet, cet arbre robuste possède lescaractéristiques d’un monarque absolu. Pour illustrer cette idée, nous pouvons remarquer tout d’abord qu’un champ lexical du pouvoir traverse la fable : il est question d’un oiseau nommé « Roitelet » (vers 3); ondit du vent qu’il « oblige [le roseau] à baisser la tête » (vers 6); La Fontaine emploie les mots « Royaume » (vers 16) et « empire » (vers 32). Ce champ lexical ajoute clairement une dimensionpolitique au texte et suggère la supériorité du chêne. Ce dernier, à l’image du Roi-Soleil, se dépeint par ailleurs comme un être sublime. En effet, il semble invincible puisqu’il « arrêt[e] les rayons dusoleil » (vers 8) et « brav[e] l’effort de la tempête » (vers 8). Par opposition à la faiblesse du roseau, le chêne apparaît comme un être fort, prétentieux et puissant.

Nous venons de constater quele chêne affiche sa supériorité face au roseau. Cette condescendance constitue un des nombreux défauts de cet arbre réputé noble. À ce propos, notons que le chêne, devant le roseau plus faible qui «...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !