Chapitre 471483

9156 mots 37 pages
11

Structure psychotique
A. Bécache

Généralités
Dépassant une psychopathologie purement descriptive, une conception analytique et dynamique de celle-ci s’efforce de mieux comprendre le fonctionnement psychique, normal ou pathologique de l’être humain. Méthode d’investigation privilégiée du psychisme, la psychanalyse fait ensuite appel à un corpus théorique explicatif issu des découvertes de Freud et des recherches de ses successeurs. Elle se propose également de libérer l’individu de ses entraves psychologiques et de soulager son mal-être et sa souffrance.
Nous privilégierons dans ce chapitre les théories psychanalytiques, tout en sachant que d’autres théories, passées ou actuelles, ont été proposées, le champ de la psychiatrie se laissant difficilement réduire à une discipline autonome, unitaire et homogène.

Notion de structure
La notion de structure s’avère intéressante à envisager, d’un double point de vue :
᭿ psychopathologique, pour suivre la constitution progressive de la personnalité qui accompagne le développement psychosexuel de l’individu lors de sa maturation ;
᭿ clinique, pour pouvoir ordonner une nosologie issue de la psychanalyse, grâce à une sémiologie précise et rigoureuse dont le patient doit tirer tout le bénéfice qu’il est en droit d’attendre.
Cette notion de structure a été exposée et discutée en détail dans un chapitre antérieur du présent ouvrage (chapitre 9). Rappelons seulement que le terme de structure s’applique, non seulement au domaine physique relatif à l’architecture d’un bâtiment ou à l’arrangement interne d’un cristal en minéralogie, mais aussi à l’arrangement interne des composants d’un système complexe abstrait, stable et caractéristique de cet ensemble.

Notion de normalité
Quant à la question préalable de la normalité, les réponses proposées ont subi des variations en fonction des observations et des idées théoriques. On a eu tendance à considérer qu’il n’y avait pas de coupure épistémologique entre l’évolution de l’homme «

en relation