Commentaire composé sur des jugements, la bruyère

Pages: 6 (1438 mots) Publié le: 29 avril 2012
Cet extrait peut sembler singulier. En effet, Des jugements est un passage tiré des Caractères de La Bruyère, ouvrage qui traite du point de vue de l’auteur sur les hommes et leurs comportements. Ce fragment de l’œuvre met toutefois en scène des animaux sur plus de sa moitié. Nous allons ici voir le lien que nous pouvons établir entre ces bêtes et nous autres, êtres humains.
Nous remarquons enpremier lieu l’occurrence très prononcée du « vous », il apparait vingt-huit fois sur l’ensemble du texte. L’auteur s’adresse à un interlocuteur mystérieux. Est-ce à un chasseur ou à nous, lecteurs ? Quoi qu’il en soit, il s’adresse à une personne humaine douée de raison. La récurrence du « vous » nous fait penser à un texte sous forme de discours direct, néanmoins, il n’en a pas la formetypographique. L’utilisation du présent de l’indicatif (« est » ligne 3, «dites » ligne 6) nous fait comprendre que l’écrivain énonce une vérité générale. D’autres verbes sont conjugués au conditionnel présent (« diriez » ligne 11), mais ce temps a ici une valeur de présent de l’indicatif.
Ensuite, les deux premiers animaux, le tiercelet de faucon et le lévrier nous sont présenté comme des chasseurs.La structure grammaticale formée par la succession d’un démonstratif, d’un adjectif qualificatif attribut du sujet et d’un syntagme nominal est répétée deux fois, seul le démonstratif varie : lorsque l’on parle du tiercelet, La Bruyère utilise « voilà » et pour le lévrier, il utilise « c’est ». Notons l’adjectif mélioratif « bon », attribut du sujet dans les deux cas. Un parallélisme syntaxique estfait avec l’homme qui chasse le sanglier en utilisant la structure grammaticale précédemment décrite (« Voilà un brave homme » lignes 4-5). La reprise anaphorique de « voilà » en début de phrase accentue la situation antérieurement annoncée par l’auteur. L’usage de la violence, traduit ici par la chasse, est accepté et même bonifié puisqu’il suit les règles de la Nature. La chaîne alimentaireveille au bon équilibre du monde vivant et est basée sur le principe que les espèces supérieures, les prédateurs, chassent et se nourrissent d’autres espèces plus faibles, les proies. Néanmoins, le lexique jusque là dithyrambique se transforme en lexique péjoratif dès la deuxième apparition du mot « homme » (ligne 4). Nous pouvons relever l’utilisation de la structure grammaticale décrite une fois deplus, mais elle a cette fois-ci une connotation dépréciative à cause de l’adjectif qualificatif épithète « sots » (ligne 6), elle-même introduite par la conjonction de coordination oppositive « mais » (ligne 5). La violence usée pour s’entre-tuer n’est pas acceptée. En s’adressant à son interlocuteur mystérieux (« vous »), La Bruyère s’adresse en réalité à la raison humaine qui veut que l’onsépare ces animaux et qui se rit de l’absurdité de leur comportement (« ne ririez-vous pas de tout votre cœur de l'ingénuité de ces pauvres bêtes ? » lignes 16-17).
Durant l’épisode de la guerre des chats, élargi aux loups, le scholiaste du XVIIIe siècle se sert de nombreuses hyperboles quant au nombre de belligérants (« par milliers » ligne 8, « neuf à dix mille chats » lignes 10-11) et auxconséquences du carnage (« infecté l'air à dix lieues de là par leur puanteur » ligne 11) pour exagérer les faits et frapper l’esprit du lecteur au sujet des affres de la guerre. Une question rhétorique posée par le romancier (« si l'on vous disait que […] de cette mêlée il est demeuré de part et d'autre neuf à dix mille chats sur la place, qui ont infecté l'air à dix lieues de là par leur puanteur, nediriez-vous pas » lignes 7 à 12) reçoit comme réponse une métaphore rapportée au discours direct : «Voilà le plus abominable sabbat dont on ait jamais ouï parler ?» (ligne 12) qui fait référence à un évènement religieux. Le sabbat est une assemblée cérémonielle de sorciers et de sorcières, marqué par le culte rendu au diable, ce terme fait donc directement référence à une croyance en un Dieu (et...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Commentaire de texte, des jugements par la bruyère
  • Commentaire composé sur la bruyère, les caractères
  • Caractères de la bruyère (commentaire composé)
  • Commentaire composé les caractères
  • Commentaire remarque 119 "Les Jugements" issue de "Les Caractères" de La Bruyère
  • Jean de la bruyère, les caracteres (1688), "des jugements"- commentaire composée
  • Jean de la bruyère, les caracteres (1688), "des jugements"- commentaire composée
  • La bruyère, "des jugements"

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !