Commentaire supplément au voyage de bougainville, denis diderot

Pages: 5 (1123 mots) Publié le: 25 mars 2012
L’ALTERITE
Supplément au voyage de Bougainville
Denis Diderot

EXEMPLE DE COMMENTAIRE


Au XVIème siècle, le Portugal, l’Espagne et la France découvrent le Nouveau Monde et ses populations. La pensée humaniste, centrée sur la situation de l’homme dans l’univers et sur sa destinée, se répand à travers toute l’Europe. Deux siècles plus tard, au XVIIIème siècle, les philosophes des Lumièrespoursuivent cette réflexion, s’employant à combattre les préjugés, l’injustice et l’intolérance. Dans le Supplément au voyage de Bougainville, Denis Diderot annonçait, dès 1773, ces idées. Cet essai valorise en effet l’idée d’égalité entre les hommes, voire d’une certaine supériorité des cultures primitives – qualifiées de « barbares » par les Européens. Dans ce passage, la parole est donnée à unTahitien qui, censé répondre au colonisateur Bougainville, lui démontre, en prenant exemple sur son propre mode de vie, combien les valeurs de l’occident lui semblent méprisables. Afin d’étudier la portée argumentative de ce discours, il convient de préciser les procédés par lesquels le Tahitien réfute l’occidentalisme, pour ensuite dégager le mode de vie qu’il préconise.



Dans ce texte eneffet, l’auteur se livre à une réfutation de l’occidentalisme.
Ainsi présente-t-il la thèse du locuteur, c’est-à-dire du vieux Tahitien deux fois : d’abord au milieu du passage, puis une seconde fois à la fin de son intervention : « Laisse-nous nos mœurs, elles sont plus sages et plus honnêtes que les tiennes » (l. 11-12), puis, « ne nous entête ni de tes besoins factices, ni de tes vertuschimériques » (l. 30-31). La répétition met en valeur le propos défendu par le Tahitien et le rend plus clair pour le lecteur : les Occidentaux n’ont aucun droit à coloniser les autres peuples.
De plus, le destinataire, même s’il ne prend pas la parole ici, est clairement pris en compte dans le discours ; il apparaît en effet dans l’emploi du pronom « tu » ou par les nombreux impératifs qu’utilise leTahitien lorsqu’il s’adresse à lui, comme des lignes 28 à 30 : « va », « laisse-nous », « ne nous entête »… De même, les nombreuses questions oratoires font sentir la présence d’un interlocuteur : « avons-nous pillé ton vaisseau ? » (l. 7-8), « quand jouirons-nous ? » (l. 25)…
Or, la critique du Tahitien se fait polémique par l’emploi des pronoms qui s’opposent : un « tu » méprisant pour désignerle colon, un « nous » collectif pour représenter les Tahitiens. En cela, il exprime implicitement l’idée d’une supériorité, ne serait-ce qu’en nombre, des Tahitiens sur le colon. Ce ton polémique se poursuit dans l’emploi de termes mélioratifs pour ce qui a trait au mode de vie des Tahitiens (« honnêtes, sages, êtres sensés, jouir »), péjoratifs pour celui des Européens et pour le regard qu’ilsportent sur les « sauvages » (« inutiles, dignes de mépris, pénibles efforts, … »). Ainsi le contraste met-il clairement en évidence la critique du colonialisme.
En outre, de nombreux modalisateurs permettent au Tahitien d’affirmer sans détours sa position, comme l’indique l’expression de la ligne 13, répétée ligne 20 : « ce que tu appelles… », ou celle de la ligne 16 : « besoins superflus », quereprend, à la ligne 23 : « biens imaginaires ».
Nous voyons donc implicitement s’affirmer au fil du texte le rejet des valeurs prônées par les Européens, qui se résument pour le locuteur à une nourriture en excès, à la mode vestimentaire, au confort et au raffinement de l’habitat. Il rejette d’autant plus ces valeurs que tous ces biens purement matériels sont obtenus au prix de « péniblesefforts » (l. 23), c’est-à-dire d’un travail sans relâche, d’une agitation et des tourments de l’âme, enfin d’une impossibilité à jouir pleinement de la vie.




Or, il ne s’agit pas seulement pour Diderot de présenter dans ce texte une critique du colonialisme, il cherche également à affirmer un certain art de vivre.
En effet, il s’agit d’abord, pour le Tahitien et pour l’auteur derrière lui,...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Denis diderot
  • Denis diderot
  • Supplement au voyage de Bougainville, Denis diderot
  • Supplément au voyage de bougainville, denis diderot
  • commentaire supplément au voyage de bougainville diderot
  • commentaire supplément au voyage de bougainville diderot
  • Commentaire sur "supplément au voyage de bougainville" de diderot
  • "La harangue du vieillard", supplément au voyage de bougainville, denis diderot

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !