Commentaire victore hugo, clair de lune.

475 mots 2 pages
Ce poème appartient au recueil des Orientales, qui a pour arrière plan la guerre d'indépendance entre la grece et la Turquie. V Hugo prend le parti de la cause grecque. En évoquant un thème récurant de la littérature romantique a travers le titre, le poète égare d'abord son lecteur. Mais très vite des notes inquiétantes viennent troublées la scène paisible du clair de lune pour dénoncer la présence de la guerre et ses horreurs. Nous allons montrer comment a partir d'une évocation harmonieuse, le lecteur est progressivement conduit par des éléments troublants a prendre conscience de la réalité.

1. Une évocation harmonieuse
Le poème nous introduit des le titres dans une atmosphère propice a la rêverie. Les scènes nocturnes sont courantes dans la poésie. Au début du poème on a l'impression de retrouver ce thème dans un climat serein. Le premier vers qui sera ensuite repris par le dernier insiste sur cette sérénité. L'adjectif "sereine" est placé juste avant la césure et est mis en relief. le verbe "jouait" juste après la césure reprend une idée voisine. Scène insouciante. La sérénité ambiante s'accompagne d'un sentiment de bien être : l'hypallage qui consiste a qualifier la fenêtre par un adjectif destiné a la sultane, traduit en réalité le sentiment de liberté de la sultane souligné par l'adverbe "enfin"; la présence de la brise ajoute une impression de douceur. Ce sentiment de liberté est confirmé par l'enjambement entre les vers 3 et 4, et la mise en rejet de l'adverbe "là-bas". Le regard de la sultane semble se perdre a l'horizon. L'harmonie de l'évocation repose en outre sur la musicalité : la régularité de la première strophe dont les 3 premiers vers sont construits sur un rythme binaire suggéré le bercement.
Le cormoran et l'image de l'eau qui roule en perle suggère un jeu léger et sans gravité. Donc le début du texte est essentiellement basé sur une atmosphère agréable, paisible, accompagnée de quelques mouvements non inquiétants !
Pourtant des le début

en relation

  • Y a-t-il une servitude volontaire ?
    29087 mots | 117 pages