Compléments sur le cid : une pièce d'un genre nouveau, les enfances du cid, un succès public, la querelle du cid, une tragi-comédie, des héros modernes

Pages: 7 (1738 mots) Publié le: 15 avril 2011
Une pièce d’un genre nouveau

Apparue dans la seconde moitié du XVIe siècle, la tragi-comédie est un genre à la mode au début du XVIIe. Il s’agit d’une tragédie au dénouement heureux, à l’intrigue généralement complexe et mouvementée, qui s’inspire de sujets modernes ou romanesques. Le modèle en est Pyrame et Thisbé (1621) de Théophile de Viau. Hostile à toute règle, l’action de latragi-comédie se déroule sur plusieurs journées, plusieurs mois, voire plusieurs années, en une multiplicité de lieux ; les registres opposés -comique et dramatique- y sont habilement entrelacés et les héros s’expriment dans un style souvent hyperbolique. Le public apprécie les excès de ce théâtre qualifié a posteriori de « baroque », qui mêle invraisemblance, surnaturel, indécence et même horreur.

Les «enfances » du Cid

Avant d’être un héros de littérature, le Cid a été un héros de l’histoire espagnole. De son vrai nom Rodrigue de Bivar, ce chevalier était un vassal des rois de Castille Don Sanche et Alphonse VI. A la fin de sa vie, il combattit les Arabes à Valence et réussit à leur reprendre la ville. Impressionnés par sa bravoure, ses adversaires lui donnèrent le titre de « seigneur » («Cid », de l’arabe seyd). Son histoire ne tarda pas à devenir une légende. En 1618, Guillen de Castro écrit Les Enfances du Cid ainsi que Les Prouesses du Cid. Corneille connaissait l’existence du drame de Castro. Dans l’ « Avertissement » de 1648, le dramaturge confesse sa dette envers l’auteur espagnole, à qui il emprunte de nombreuses composantes, comme l’amour secret de l’Infante pour Rodrigue,les duels successifs, et, de façon générale, la construction de l’intrigue. Mais Corneille adapte l’ensemble aux exigences du théâtre français de son époque. Ainsi, l’action qui s’étalait sur dix-huit mois est ramenée à vingt-quatre heures. Elle est déplacée de Burgos à Séville, afin que Rodrigue puisse combattre sur place les Maures. Dans le même souci de simplification, de nombreux personnagessecondaires sont supprimés. Corneille améliore considérablement la construction générale de l’œuvre.

Un succès public

Quand elle est représentée, l’œuvre remporte un immense succès à Paris et en province. Mondory rapporte cet engouement à l’écrivain Guez de Balzac : « Je vous souhaiterais ici pour y goûter, entre autres plaisirs, celui des belles comédies qu’on y représente, etparticulièrement d’un Cid qui a charmé tout Paris ». A la fin de l’année 1637, une traduction anglaise est publiée à Londres bientôt suivie de nombreuses autres. Paul Pellisson écrit dans son Histoire de l’Académie française : « On ne pouvait se lasser de voir Le Cid, on n’entendait autre chose dans les compagnies ; chacun en savait quelque partie par cœur ; on le faisait apprendre aux enfants et, en plusieursparties de la France, il était passé en proverbe de dire : « Cela est beau comme Le Cid ». » A quoi répond le célèbre vers de Boileau « Tout Paris pour Chimène a les yeux de Rodrigue ». L’acualité de l’époque trouve une résonnance dans la pièce, et cette dimension n’est sans doute pas étrangère au succès –guerre de Trente Ans que la France mène contre l’Espagne pour l’actualité politique, leCardinal Richelieu qui interdit les duels pour le contexte judiciaire-.

La querelle du Cid

Le succès du Cid éveille les critiques des rivaux de Corneille et mécontente Richelieu qui voit d’un mauvais œil l’apologie du duel et la célébration de la grandeur de l’Espagne. Tout au long de l’année 1637, Corneille est l’objet de vives attaques. Les critiques concernaient l’inspiration, le style et lenon-respect des règles dramatiques qui allaient définir le théâtre classique. Cette « querelle » trouve son origine dans la publication d’une Excuse à Artiste, écrite par Corneille. Conformément à son tempérament, le dramaturge y fait preuve d’une certaine suffisance :
Je sais ce que je vaux et crois ce qu’on m’en dit […]
Je ne dois qu’à moi seul toute ma renommée, […]
Et pense toutefois...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Corneille le cid- tragi-comédie
  • Caractéristiques de la tragi-comédie dans le cid de corneille
  • Le Cid de Corneille- Piece Tragi-comique
  • La querelle du cid
  • Querelle du cid
  • Querelle du cid
  • La querelle du cid
  • Querelle du cid

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !