conditions d'éfficacité

Pages: 15 (3523 mots) Publié le: 29 juin 2014
Les comptabilités d'activités.

Les évolutions des modes de production dans nombre de grandes entreprises industrielles tendent à faire perdre de sa pertinence aux applications traditionnelles de la méthode des centres d'analyse.
Cette remise en cause a conduit depuis une dizaine d’années un certain nombre d'auteurs (Cooper et Kaplan aux Etats Unis, Mévellec, Lorino en France) à proposer,pour ce calcul, de nouvelles approches connues sous le nom de comptabilités d'activités ou méthodes ABC (“ activities based costs ”).


1. Les insuffisances des pratiques traditionnelles.

1.1. La part des charges indirectes dans le total des charges des entreprises tend à augmenter lorsque les processus de production sont automatisés..
Au contraire, la main d'œuvre directe représente unefraction de plus en plus faible du coût des produits.

L’activité de production proprement dite perd de son poids. Ce sont les activités de "support de la production" qui tendent à devenir prépondérantes, qu’elles se situent en amont ou en aval de la production (planification , études et méthodes, ordonnancement , recherche, contrôle de qualité etc.).

Dans les pratiques traditionnelles,l’unité d’œuvre la plus communément retenue est l'heure de main d'œuvre directe. On répartit donc une part croissante de charges en fonction d'un élément de moins en moins significatif dans la masse des coûts.

1.2. Les activités réalisées sont rarement homogènes au sein d'un même centre d'analyse. Il s'agit pourtant là d'une condition pour que l'imputation des charges indirectes sur la based'une unité d'œuvre unique soit légitime.

Dans un centre d'approvisionnement, par exemple, on regroupe des charges liées à des activités aussi diverses que:
la recherche des fournisseurs;
la gestion des achats et des commandes;
la réception des marchandises.
La répartition de l'ensemble de ces charges sur la base du montant des achats rend très mal compte de cette diversité:
le travail lié àla recherche des fournisseurs dépend moins des volumes achetés que du nombre de références traitées;
la réception des marchandises génère des charges qui dépendent plus du nombre et du volume des commandes traitées que de leur valeur.

1.3. Les pratiques traditionnelles de calcul des coûts conduisent le plus souvent à une répartition des charges indirectes sur des bases exclusivement"volumiques": on impute en fonction des temps de main d'œuvre directe, donc de la production, des charges indirectes qui deviennent ainsi proportionnelles à la production.

On néglige ainsi l'effet "taille des séries".
Lancer la production d'une série génère à peu près le même travail au niveau de la préparation, de l'ordonnancement, quelle que soit la taille de cette série.
En pratiquant uneimputation sur des bases volumiques on réduit donc le coût des séries de faible taille pour surcharger celui des séries de grande dimension.

Prenant note de ces insuffisances, les comptabilités par activités prétendent mieux rendre compte des causalités réelles qui existent entre la production des articles et les charges qui sont consommées.


2. L’imputation des charges indirectes aucoût des produits dans une comptabilité d’activités.

Elle est illustrée par le schéma suivant:








Etape 1



Etape 2



Etape 3






Etape 4






L’étape 1 est identique à celle d’une comptabilité analytique classique.

A l’étape 2 on distingue à l’intérieur de chaque centre des activités.
Ces activités sont des ensembles de tâches présentant un certainehomogénéité.
Elles peuvent être identifiées en interrogeant les acteurs du centre d’analyse sur la nature précise de leur travail.
Les charges du centre sont ventilées entre ces différentes activités.

Etape 3: on cherche à définir pour chaque activité un “ inducteur”.
Cette notion remplace celle d’unité d’œuvre de la comptabilité analytique classique.
Il doit s’agir d’un événement...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Quelles sont les conditions d’efficacité et les limites du marché ?
  • La Condition De L
  • Conditions
  • Les critères d'efficacité d'une communication
  • La condition
  • La condition
  • Condition de T
  • Les conditions de travail

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !