Corrigé de dissertation sur annabac.com: selon vous, l’écriture autobiographique est-elle une manière de se préparer à la mort ou de conserver la saveur de la vie ?

Pages: 9 (2018 mots) Publié le: 15 avril 2010
C O R R I G É
Voici un plan détaillé que vous pouvez vous exercer à rédiger, en y incluant vos propres exemples développés.

Introduction
Amorce : l’écriture autobiographique comme un jeu sur le temps qui est double : regard vers le passé, vécu intense du présent de l’écriture, une sorte de grand écart qui divise ; cette écriture permet de mesurer l’écoulement du temps et l’écartèlement del’auteur qui est à la fois l’enfant d’autrefois et l’adulte de maintenant ; mais, implicitement, cette conscience de l’écoulement du temps projette l’autobiographe dans l’avenir. Ainsi, le récit de la naissance comporte en lui la sensation de l’imminence de l’autre extrême de la vie : la mort. Citation et explicitation de la dernière phrase du texte de Cohen : « Les rives s’éloignent. Ma mortapproche. » Explication de la métaphore, qui n’est pas nouvelle : l’autobiographe en écrivant prend une conscience aiguë de l’approche de la mort. Problématique : fonctions et effets de l’écriture autobiographique ? Annonce du plan : est-elle source de plaisirs et permet-elle de revivre et de savourer davantage la vie ? ou : est-elle source de douleur, par la conscience qu’elle donne du temps passé, etpréparation « à la mort » ? Ne dépasse-t-elle pas cette alternative : la prise de conscience qu’elle implique n’apporte-t-elle pas un remède au mal du temps, ne permet-elle pas d’apprivoiser la mort, comme le prétendait déjà Montaigne ?

I. Une manière de conserver la saveur de la vie : les plaisirs de l’écriture autobiographique
1. Une résurrection du passé : un bain de jouvence
a. Une façon dese créer des racines – Fréquence des récits de naissance (ex. : Rousseau : « Je suis né à Genève en 1712… »), d’enfance (les 6 premiers livres des Confessions ; Enfance de Sarraute… ; textes du corpus).

© Hatier 2007

– Un retour aux sources : importance de la nature dans les Confessions de Rousseau, l’eau et sa valeur symbolique chez Colette. b. Une façon de ressusciter le passé – Revivrede façon encore plus intense le passé justement parce qu’il s’éloigne ; il n’en est que plus précieux : la madeleine, le pavé de Proust dans la cour de l’hôtel de Guermantes (À la recherche du temps perdu). – Redevenir enfant, alors que c’est impossible dans la vraie vie : Cohen et ses « petits bonheurs » ; S. de Beauvoir, une ogresse prête à engloutir le monde et non pas l’écrivain féministediscutée. – Un refuge contre les aléas du présent.

2. À l’heure des bilans, préserver la saveur de la vie : le plaisir de se souvenir
Revivre des sensations, des émotions agréables S. de Beauvoir : « fascinée par l’éclat lumineux des fruits confits […] violet ». Des sensations que l’on peut réactiver (en écrivant, en relisant). – Capter ces sensations, c’est revenir à ce qui est fondateur dans lavie, à ce qui a été initiation à la vie (voir la réponse à la question). – Plaisir d’entrer dans les détails et de donner plus de relief par les images, l’approfondissement d’une sensation, d’un sentiment, d’un moment (Rousseau et ses promenades). C’est l’essence même de la vie que saisit l’autobiographe, en tentant de rendre compte de la vie dans toutes ses dimensions : importance des imagesmultiples. – Possibilité d’idéaliser par l’écriture, donc de revivre « en mieux ». – Plaisir aussi de la nostalgie : « Rien qu’à parler d’elles, je souhaite que leur saveur m’emplisse la bouche au moment de tout finir. »

3. Une façon de recomposer le passé : le plaisir de créer sa vie
– Le tri nécessaire dans le passé permet de faire une sélection et de faire revivre les moments heureux : le choixpermet de faire un condensé de vie et de donner de l’intensité à certains moments pour en oublier d’autres. – La jouissance de maîtriser sa vie, de la recomposer « selon son cœur ».

4. Le plaisir de l’écriture : plaisir de démiurge, plaisir de poète
a. Le plaisir de tirer parti des ressources du langage L’autobiographe joue avec le langage pour arriver à une adéquation la plus précise...
Lire le document complet

Veuillez vous inscrire pour avoir accès au document.

Vous pouvez également trouver ces documents utiles

  • Corrigé de dissertation sur annabac.com: selon vous, l’écriture autobiographique est-elle une manière de se préparer à...
  • « Les rives s’éloignent. ma mort approche » écrit albert cohen. selon vous l’écriture autobiographique est-elle une manière...
  • Dissertation: « la mort donne-t-elle un sens à la vie » ?
  • Poème autobiographique à la manière de nazim hikmet
  • L'autobiographie, un moyen de sa préparer à la mort
  • La philosophie prépare-t-elle bien à la mort?
  • Y a t-il une vie apres la mort
  • Il n'y a pas de vie après la mort

Devenez membre d'Etudier

Inscrivez-vous
c'est gratuit !