Corrigé du sujet : a quoi sert la philosophie ?

1121 mots 5 pages
Correction

Sujet : À quoi sert la philosophie ?

INTRODUCTION

[ amorce, questions ] Se demander à quoi sert la philosophie revient à s’interroger sur son utilité – ou sur son inutilité [ présupposé 1 ]. Plusieurs [ reformulation de la question ] initiale sont envisageables : pourquoi philosopher ? la philosophie serait-elle une activité sérieuse ? Pour peu que l’on veuille vraiment traiter ce sujet – et non l’écarter d’une pirouette (« à rien ! ») – il amène par analyse une question seconde, celle de la nature de la philosophie, question qui n’est pas littéralement contenue dans la formulation initiale et qui nous en impose une troisième, plus synthétique : l’activité philosophique contient-elle son propre fondement ? [ présupposé 2 ] – véritable amorce de la problématique )

[ nom du problème ] Celui des fondements de la philosophie.

[ thèses en présence ] Soit [ thèse 1 ] la philosophie se définit par un usage, une fonction, répond donc à un besoin (le « besoin » métaphysique, par exemple, dont la spécificité reste à déterminer) et témoigne d’une finalité extrinsèque – à l’instar de l’objet technique qui se définit par son utilité. Le « à quoi » désigne alors une chose – la pierre sert à construire la maison, le stylo à écrire un roman ; ce qui est avantageux dans la pierre ou le stylo, ce n’est ni la pierre ni le stylo qui ne sont que des moyens mais la fin, en l’occurrence le produit qu’ils permettent de réaliser. Or [ objection annonçant la thèse 2 ] cette conception instrumentaliste de la technique ou de l’utilité qui domine dans les sociétés industrielles dites « de consommation » semble peu en accord avec les exigences et le cheminement d’une discipline dont le propre est le désintéressement (Les juges ne reprocheront-ils pas à Socrate, lors de son procès, de ne pas se faire payer pour ses « leçons » ?), le goût pour les questions plus que pour les réponses, le souci des « jeux de langage » (concept de

en relation

  • texte de marx
    3000 mots | 12 pages
  • Art poétique
    691 mots | 3 pages
  • Dans quelles mesures selon vous le travail de l'ecrivain est utile pour lui comme pour la société
    1426 mots | 6 pages
  • La connaissance
    4637 mots | 19 pages
  • Diderot le fatalisme en action
    1728 mots | 7 pages
  • L'art peut-il se dépasser ?
    2530 mots | 11 pages
  • Méthode de dissertation de philo
    3433 mots | 14 pages
  • Bac de francais 2015
    2185 mots | 9 pages
  • Imagination
    3695 mots | 15 pages
  • Jean marie lepen
    2641 mots | 11 pages