Dans quelles mesures la science doit-elle prendre en compte le probable?

2856 mots 12 pages
Dans quelle mesure la science doit-elle prendre en compte le probable ?

Pour l’opinion commune, la science est le « royaume de la nécessité » (A. Barberousse). Elle est censée produire une connaissance scientifique, au sens de poser des certitudes. Deux raisons motivent cette conception du discours scientifique. Premièrement Aristote, qui nous dit qu’il n’y a de science que du général, et donc qu’il faut chercher à attribuer à la nature ce qui se produit le plus souvent (hôs epi to polu) et au hasard le « n’importe quoi » ; le critère de fréquence révèle ainsi une différence de nature entre ce qui est objet de science (de connaissance) et ce qui est inconnaissable, et donc négligeable. Et deuxièmement, la conception qui assimile le discours scientifique au discours mathématique : celle-là procédant par démonstration et par enchaînements logiques qui ne laissent place à aucune incertitude. C’est à cette définition du discours scientifique que nous nous attaquerons ici en cherchant la juste place de l’incertitude dans la recherche scientifique, comment la science peut s’appuyer sur le probable pour élaborer une connaissance, pour construire du vraisemblable sur de l’incertain. Nous verrons d’abord comment la science explique le monde, puis s’il est légitime d’appliquer la théorie mathématique des probabilités aux divers domaines des phénomènes, et enfin nous verrons les limites des probabilités comme limites de la science qui grâce à elles peut produire une connaissance « vraie », à défaut de certaine.

Pour l’homme de science, la connaissance ne peut être qu’approchée. En effet, la science ne fait que représenter des phénomènes réels : la représentation scientifique d’un objet ne dit jamais tout de la réalité de celui-ci, mais il en dit quelque chose. Elle dit quelque chose de la réalité de l’objet, mais non toute sa réalité ; elle implique donc, fût-ce à titre potentiel, la fausseté en même temps que la vérité. Ainsi, la connaissance approchée, la

en relation

  • Hypohese
    629 mots | 3 pages
  • Dfgsdfgsdfg
    7211 mots | 29 pages
  • Travaux de fin d'exercice selon pcn algerien
    5199 mots | 21 pages
  • Principe de precaution
    5381 mots | 22 pages
  • Intérêt et limites des approches en termes d’indicateurs de progrès sociétal
    708 mots | 3 pages
  • Bachelard, tout est construit
    1934 mots | 8 pages
  • microwind
    15620 mots | 63 pages
  • Ma famille je vous hais
    1712 mots | 7 pages
  • Les volcans
    4154 mots | 17 pages
  • Telephone portable
    2034 mots | 9 pages